Aller au contenu
Épicerie : gel et dégel des prix

«Il y a une culture qui ne change pas et c'est le consommateur qui paye»

«Il y a une culture qui ne change pas et c'est le consommateur qui paye»
Personne qui regarde une facture d'épicerie / Photo : andresr / E+ / Getty Images

Le mois de février rime avec la fin du gel des prix des aliments dans les épiceries. Comment celle-ci se concrétise-t-elle pour le consommateur?

Sylvain Charlebois, directeur scientifique du Laboratoire de sciences analytiques en agroalimentaire à l'Université Dalhousie, se penche sur la question, dimanche, au micro d'Élisabeth Crête. 

Celui-ci rappelle d'abord que le gel des prix a lieu «en amont de la chaîne», entre les succursales et les fournisseurs.

«Ça n'a rien à voir avec les prix au détail. Ce qu'on prétend, c'est que le gel des prix en amont affecte les prix au détail. Or, ce qui arrive souvent, c'est que les fournisseurs augmentent leurs prix en octobre, avant le gel, et augmentent les prix après le gel en février», explique Sylvain Charlebois.

Ce dernier estime donc que cette pratique n'a pas tellement d'effets positifs pour le consommateur.

Il sous-entend également qu'aucune raison valide ne motive la mise en œuvre annuelle de cet usage. «C'est historique, c'est comme ça que ça fonctionne, c'est la tradition. Il y a une culture au sein de l'industrie qui fait en sorte que rien ne change, mais en fin de compte, souvent, c'est le consommateur qui paye», affirme Sylvain Charlebois.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Élisabeth Crête

Le Service de sécurité des incendies réagit à la version des deux restaurateurs
«On dirait qu'on pardonne un peu tout à Christian Dubé»-Antonine Yaccarini
«La grande qualité de Paul, c'est de nous permettre d'être nous-même»

Vous aimerez aussi

0:00
7:56
L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En direct
En ondes jusqu’à 00:00