Aller au contenu

Sommes-nous moins généreux qu'avant?

Sommes-nous moins généreux qu'avant?
Jeffrey Subranni / Cogeco Média

En cette période des fêtes, des milliers de Québécois vivent dans la précarité. Malheureusement, plusieurs organismes ont eu du mal à récolter des dons cette année.

Sommes-nous moins généreux qu'avant? C'est la question sur laquelle se penche, Karel Mayrand, PDG de la Fondation du Grand Montréal, dimanche, au micro de Jeffrey Subranni. 

«La hausse du coût du logement, la hausse du coût des denrées alimentaires, tout ça a un impact très important sur les besoins. Donc les organismes comme les banques alimentaires voient leur clientèle exploser. Puis ces gens-là qui se retrouvent dans des banques alimentaires ont moins d'argent pour donner à des organismes. Donc on est un peu dans la tempête parfaite qu'on avait vécue en 2008-2009, quand il y avait eu la crise financière, et les gens avaient perdu leur emploi. Cette fois-ci, ce n’est pas tellement les pertes d'emplois que la hausse du coût de la vie.»

Écoutez-le discuter du vieillissement des donateurs qui pose aussi problème, car ces personnes ne sont pas remplacées par les cohortes plus jeunes...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Jeffrey Subranni

Comment investir dans l'immobilier à l'étranger?
Avez-vous l'impression de faire du sur-place dans le marché immobilier?
Le «love money» pour l'achat d'une première propriété

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Sans réserve
En direct
En ondes jusqu’à 15:00