Aller au contenu
Victime de la bactérie mangeuse de chair

«C'était un spectacle assez terrifiant sur mon propre corps» -Maxime Bergeron

«C'était un spectacle assez terrifiant sur mon propre corps» -Maxime Bergeron
Patrick Lagacé / Cogeco Média

Dans sa chronique «La bactérie mangeuse de chair n’a pas eu ma peau», le chroniqueur de La Presse, Maxime Bergeron, a raconté le récit époustouflant et terrifiant de son expérience en tant que victime de cette bactérie.

Il prend la parole mardi, au micro de Patrick Lagacé, pour faire un retour sur ce récit troublant. 

«C'était un spectacle assez terrifiant sur mon propre corps», souligne Maxime Bergeron.

Il raconte comment une rougeur sur sa paume causant une douleur a attiré son attention: «Rien de trop inquiétant, mais un peu incommodant.»

«Je me suis couché très tôt ce soir-là. Le lendemain matin, ce fut l'épouvante: ma main avait triplé de volume, avait pris une teinte violacée, et surtout, me procurait une douleur absolument épouvantable.»

Écoutez-le raconter les traitements intensifs qu'il a reçus à l'hôpital afin de lutter pour sa vie...

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Patrick Lagacé

L'absentéisme dans les écoles et les parents dépassés
Yoshua Bengio parmi les 100 personnes les plus influentes au monde
Les négociations à la SAQ : un contexte particulier

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les grands titres
En direct
En ondes jusqu’à 05:30