Aller au contenu
Sourd, muet, légalement aveugle et porteur du VIH

Un cyberpédophile prendra finalement le chemin de la prison

Un cyberpédophile prendra finalement le chemin de la prison
Bénédicte Lebel / Cogeco Média

Un cyberpédophile qui voulait une peine dans la collectivité en raison de ses problèmes de santé devra finalement prendre le chemin de la prison.

Écoutez la chroniqueuse Bénédicte Lebel qui raconte à l'animateur Paul Arcand l'histoire de Donald Fortier, un homme de 65 ans, qui a écopé de 14 mois de prison pour avoir fait partie d’un groupe de discussion sur Messenger avec lequel il a échangé de la pornographie juvénile entre 2017 et 2020.

Sourd, muet, légalement aveugle en raison d'un syndrome d’Usher, Fortier est également porteur du VIH.

La défense avait donc plaidé que la peine appropriée était à purger dans la collectivité, accompagnée de conditions de probation, en raison de l’état de santé de l’accusé. Selon elle, la situation particulière de l'accusé rendait cruelle et inusitée toute peine d’incarcération.

Du côté de la Couronne, on réclamait une peine de 15 à 18 mois d’emprisonnement. Malgré que son risque de récidive soit plutôt faible, on soulignait qu’il était impératif de lui imposer une interdiction d’utiliser le Web à des fins sexuelles.

La juge Marie-Chantal Brassard a finalement cité le cas d’Edgar Fruitier devant la Cour d’appel, qui avait tranché que son âge et son état de santé ne justifiait pas un allègement de la peine. Elle a déclaré que les peines minimales obligatoires d’une année d’emprisonnement prévue sont validement applicables à l’accusé, car elles constituent ici des peines justes, proportionnelles et appropriées.

Donald Fortier a donc écopé de 14 mois de prison et d'une interdiction d'utiliser l'Internet pendant cinq ans.

Aussi dans la chronique de Bénédicte Lebel :

La police de Montréal demande l’aide de la population afin de retrouver Pierrot Pierre Maratta, un homme porté disparu depuis dimanche matin dans l’arrondissement Ville-Marie.

L’homme, qui a les cheveux bruns, les yeux pers et qui s'exprime en français, se déplacerait à pied et en transport en commun.
 
Au moment de sa disparition, il portait un chandail noir, un pantalon noir, des lunettes noires, un sac à dos noir, des bagues aux doigts, une chaîne dans le cou et des souliers noirs avec lignes blanches.

La police dit craindre pour sa santé et sa sécurité.

Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!Abonnez-vous à l’infolettre du 98.5 Montréal!
En m’abonnant, j’accepte de recevoir des communications par courriel de Cogeco Média et de ses sociétés affiliées, y compris des nouvelles, des mises à jour, des activités et des concours. Vous pouvez vous désabonner en tout temps en utilisant le lien au bas de nos courriels ou en nous contactant par le biais de notre Politique en matière de protection des renseignements personnels. Veuillez noter, cependant, que nous pouvons continuer à vous envoyer des communications liées au service et d’autres communications non commerciales. Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de confidentialité de Google et les les conditions d'utilisation s'appliquent.

Plus avec Paul Arcand

«Je suis vraiment fier d'avoir porté le même chandail que toi» -Martin McGuire
Le mot de la fin de Paul Arcand: «Je vais continuer de m'indigner...»
Le gouvernement doit-il imposer une taxe kilométrique?

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Balados du dimanche
En direct
En ondes jusqu’à 20:00