• Accueil
  • Adieu les villes-sœurs, quoi maintenant?
98.5 Sports
Retour sur la fin du projet de garde partagée

Adieu les villes-sœurs, quoi maintenant?

Adieu les villes-sœurs, quoi maintenant?

Quelle journée émotionnelle, jeudi, avec cette nouvelle qui en a surpris plusieurs concernant l’abandon du projet de la garde partagée entre Tampa et Montréal.

Je ne peux dire que j’étais surpris que l’idée ait échoué, mais le timing nous a pris de court.

J’ai répété à plusieurs reprises que je voyais le concept des villes-sœurs comme celui de la dissolution dans les années 1990: une idée visant à mettre de la pression sur une ville, mais un concept qui ne verrait jamais véritablement le jour.

J’ai l’impression que Stephen Bronfman ne se trompe pas lorsqu’il indique que les négociations tendues avec l’association des joueurs n’ont probablement pas aidé. Ce dossier devenait un autre obstacle inutile à une entente de travail.  

D’une façon ou d’une autre, j’ai encore énormément de doute sur la faisabilité du projet. Il y avait tout simplement trop d’impondérables pour que ce soit une idée qui fonctionne. Peut-être dans un format où les deux villes sont rapprochées, comme Tampa et Orlando, ou Montréal et Québec, mais pas pour deux villes dans deux pays différents.

Alors quoi, maintenant?

J’ai bien peur que cette nouvelle vienne achever pour de bon le rêve de revoir du baseball majeur à Montréal, et ce, pour plusieurs raisons.

Même si les Rays n’arrivent pas à faire bâtir un stade, ou si le baseball majeur décide de procéder à une expansion, le timing sera-t-il encore là? 

Le Bassin Peel sera développé lors des prochaines années et c’est aujourd’hui que tout doit se décider. Comme l’a expliqué Bronfman en point de presse, la première pelletée de terre devait avoir lieu à l’automne 2022, pour un premier match prévu en 2026.

Mais d’ici deux ans, il sera probablement trop tard. 

Un des derniers terrains intéressants, près du centre-ville, aura probablement déjà trouvé preneur. Les parcelles de terre près du centre-ville se font de plus en plus rares et dispendieuses. Plusieurs estiment que le Bassin Peel était le dernier endroit toujours disponible pour un projet d’aussi grande envergure.

Par ailleurs, le climat politique au Québec est loin d’être fertile pour convaincre un commissaire que c’est ici qu’il doit implanter une équipe.

Dès qu’on soulève la possibilité de voir le gouvernement s’impliquer dans un dossier sportif, que ce soit au Stade olympique, ou pour un nouveau stade, les opposants montent aux barricades, avant même d’avoir consulté la proposition. Ça en devient hostile.

Non, ce n’est rien pour faire saliver un commissaire. Ça, c’est sans parler des mesures sanitaires plus strictes au Canada qui coûtent des millions de dollars aux propriétaires d’équipes actuellement. On ne sait pas pendant combien de temps on demeurera dans cette pandémie, mais présentement, ce n’est rien pour encourager la situation.

On va se le dire, il y a une énorme résistance au Québec d’investir dans le sport, surtout lorsqu’on compare aux milliards de dollars qui se dépensent aux États-Unis dans de nouveaux stades ultramodernes.  

Une lueur d’espoir

Alors que l’on pensait hier soir que c’était terminé, le réputé journaliste de baseball Bob Nightengale du USA Today y est allé d’un tweet qui en a surpris plusieurs. 

Selon ses sources, les deux marchés visés par la MLB pour sa prochaine expansion sont Montréal et Nashville. Malgré tout ce que j’ai mentionné plus haut, selon ses informations, Montréal serait toujours une des villes préférées par Rob Manfred.

« Je sais que la MLB possède toujours un grand désir pour revenir à Montréal. Je pense d’ailleurs que c’est la raison pour laquelle ils se sont retirés du plan des villes-sœurs, ils ne voulaient pas s’enlever l’option de Montréal pour l’expansion. S’ils sont toujours intéressés à bâtir un stade, je pense que c’est un fait accompli que Montréal aura son club. »

PC/Paul Chiasson

Source: PC/Paul Chiasson

Nightengale est d’accord que le plan de la garde partagée n'a aucun sens.

« Logistiquement parlant, ça ne pouvait pas fonctionner. Et ça n’aurait pas été juste pour les partisans. Mais s’ils sont prêts à bâtir un stade, je pense qu’ils devraient se concentrer sur l’expansion et un club à temps plein. »

Le fait français y est pour quelque chose. John McHale Jr, du bureau du commissaire, m’avait dit il y a plusieurs années que la MLB entendait attaquer des marchés francophones du monde et que le retour des Expos serait un outil important pour rendre le baseball encore plus intéressant à l’international.

« La MLB est très jalouse que la NFL soit capable de présenter ses matchs à Londres. La seule façon de faire plus d’argent aujourd’hui, c’est de vendre son produit à l’international. Donc, c'est logique pour moi. »

Selon Nightengale, dès que les dossiers de Tampa et d’Oakland sont réglés, la MLB procèdera à son expansion. Ce serait d’ici 2 ans selon lui.

Mais Stephen Bronfman aura-t-il le goût de recommencer le manège d’ici quelques années si le téléphone sonne? Il a clairement indiqué en conférence de presse hier qu’il avait besoin d’une bonne pause de ce dossier, on ne peut pas le blâmer.

Alors qui, un homme d’affaires de l’extérieur peut-être? Mais qui de mieux placé pour faire bouger les choses ici en coulisses que Bronfman et son groupe? Ils connaissent la poutine. Et combien ça coûtera une fois rendu là? Toutes des questions qui demeurent sans réponse.

Le baseball majeur n’a toujours pas commenté sa décision. Le commissaire pourrait y mettre un peu de clarté s’il décidait d’en parler publiquement. Mais pour l’instant, on n’a d’autres choix que d’en faire notre deuil, jusqu’au prochain rebondissement. 

Un message laissé au bureau du commissaire n'a pas immédiatement été retourné au moment de la publication de ce texte.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.