• Accueil
  • «Je suis le gars le plus chanceux au monde, même lors des mauvaises journées» -Paul Byron
98.5 Sports

«Je suis le gars le plus chanceux au monde, même lors des mauvaises journées» -Paul Byron

«Je suis le gars le plus chanceux au monde, même lors des mauvaises journées» -Paul Byron
Minas Panagiotakis/Getty Images

S’il y en a bien un qui ne l’a pas eu facile cette saison, c’est bien Paul Byron, ne fut-ce qu’en raison de ses nombreux passages au ballottage.

Pourtant, non seulement l’attaquant originaire d'Ottawa ne s’en offusque pas, mais il espère terminer son contrat à Montréal.

« J’aime Montréal. J’aime la ville. J’aime les partisans », a-t-souligné.

« J’aime porter l’uniforme chaque jour. Tu rentres dans le garage et tu vois les photos de Jean Béliveau, Maurice Richard, Yvan Cournoyer, Larry Robinson, Patrick Roy, Guy Carbonneau… De porter le même uniforme que ces gars-là… c’est le rêve. C’est tout ce dont tu rêves quand tu es enfant.

« Vous savez, je suis le gars le plus chanceux au monde, honnêtement, même lors de mauvaises journées, quand tu te retrouves au ballottage. Ce n’est pas grave. J’adore ça. J’adore être ici. Mon épouse est canadienne française. C’est incroyable. Ce fut une année incroyable. »

Et pense-t-il que ses performances en séries – avec quelques buts cruciaux – vont faire que sa présence au sein de la formation ne pourra être remise en doute?

« Je ne sais même pas si ma place était… in doubt. Je sais que quand je suis sur la glace, quand je joue mon jeu, j’aide l’équipe a gagner les matchs. Ce n’est pas toujours des buts. Ce n’est pas toujours des points. Il y a une dimension d’équipe. C’est ma spécialité, ma fierté. Et je sais que je peux élever mon jeu. »

Puisqu'il faut se lever
En direct de 05:30 à 10:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.