• Accueil
  • Éclosion chez les Canucks | Les joueurs adverses voudront-ils prendre le risque?

Éclosion chez les Canucks | Les joueurs adverses voudront-ils prendre le risque?

Éclosion chez les Canucks | Les joueurs adverses voudront-ils prendre le risque?Photo: Darryl Dyck / La Presse canadienne

Alors que 18 des 22 joueurs des Canucks de Vancouver ont maintenant été placés sur le protocole de la COVID-19, Mario Langlois s’est entretenu mardi soir avec le directeur médical du Centre des maladies infectieuses de Vancouver, Brian Conway.

D’entrée de jeu, le Dr Conway affirme que le variant brésilien P1 de la COVID-19 est particulièrement présent dans la région de Vancouver et que la Santé publique locale est en processus de quantification de ce variant dans la région. Chose certaine, à ses yeux, la situation est préoccupante.

Lorsque questionné quant aux récents propos de Bill Daly qui a minimisé les conséquences potentielles qu’aura cette éclosion sur la suite de la saison des Canucks, Brian Conway est beaucoup plus nuancé.

Vancouver et la situation du variant Brésilien P1 - Brian Conway, directeur médical au Centre des maladies infectueuses de Vancouver nous en parle.

8:04

«La première des choses, c’est qu’il y a des joueurs qui sont carrément malades et au lit présentement. Et on ne sait pas il y en a combien, mais c’est une maladie qui sévit de façon encore plus significative qu’on s’attendait. Ce ne sera pas pour demain qu’on pourra recommencer et il ne reste que quelques semaines à la saison et il reste 19 matchs à jouer pour les Canucks. L’arithmétique ne fonctionne vraiment pas.»

Un autre aspect que souligne le médecin, c’est la question à savoir si les joueurs des autres équipes canadiennes accepteront de jouer contre les Canucks une fois que le feu vert leur sera donné.

«Après avoir vu plusieurs jeunes athlètes de fine pointe tomber malades au lit… est-ce qu’ils voudraient prendre ce risque-là?»

Le médecin revient aussi sur la capacité physique qu’auront les joueurs au moment où ils seront guéris après des semaines sans entraînement et après avoir vu leur système être affaibli par le virus. Il estime d’ailleurs qu’on doit tenir pour acquis que tous les joueurs des Canucks sont atteints puisqu’il n’en manque que deux ou trois.

Brian Conway se questionne aussi à savoir qu’elle a été la cause de l’éclosion au sein de la formation. La cause devra être établie afin d’assurer que les autres équipes ne soient pas affectées de la même façon dans la mesure du possible et cela nécessitera du temps.

Le médecin estime finalement que la Ligue nationale devrait offrir aux joueurs des équipes adverses l’option de se retirer d’une rencontre contre les Canucks, s’ils ne sont pas à l’aise ou craignent une infection potentielle; un peu comme ce fut le cas lors des dernières séries éliminatoires l'été dernier.

La reprise des activités des Canucks n’est donc pas pour demain la veille selon le spécialiste des maladies infectieuses.

Isabelle
En direct de 10:00 à 12:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.