• Accueil
  • «On va s’assurer de le mettre dans une situation gagnante!» -Joël Bouchard
98.5 Sports
Arrivée de Cole Caufield

«On va s’assurer de le mettre dans une situation gagnante!» -Joël Bouchard

«On va s’assurer de le mettre dans une situation gagnante!» -Joël Bouchard
Cole Caufield
Photo: Archives - Ryan Remiorz / La Presse canadienne

L’entraîneur-chef du Rocket de Laval, Joël Bouchard était en entretien avec Mario Langlois vendredi soir aux Amateurs de sports et les deux hommes ont abordé l’intégration du jeune hockeyeur Cole Caufield avec l’équipe.

Pour Bouchard, l’adaptation entre les Collèges américains et la Ligue américaine peut être difficile pour bien des joueurs, mais le tout devrait se faire sans trop de heurts pour le premier choix du Tricolore selon lui, car au dire de l’entraîneur: «C’est tout un joueur de hockey!»

La passion du jeune homme, qui a grandi dans les arénas, se fait déjà sentir autour de l’équipe. Malgré sa quarantaine obligatoire, Bouchard s’assure d’inclure le jeune homme dans chacune des rencontres «Zoom» et de l’intégrer avec l’équipe bien qu’il ne puisse pas sauter tout de suite sur la glace avec ses nouveaux coéquipiers.

«Depuis son arrivée ici, on fait beaucoup de "Zoom" et je l’implique dans toutes les rencontres d’équipe. Donc on fait nos projections sur nos écrans et il peut y participer avec les questions et les commentaires des autres joueurs. Ça, c’est bon pour lui de pouvoir ressentir un peu ce qu’on fait. On fait aussi des rencontres individuelles avec lui, car je veux lui montrer quelques techniques.»

Sans vouloir inculquer un système de jeu en particulier, Joël Bouchard explique qu’il mise davantage sur le développement de bonnes habitudes de travail et d’un style de jeu qui préparera ses joueurs pour les aléas du hockey professionnel, peu importe où ils finiront par évoluer.

«On peut envoyer des structures et des systèmes, mais moi je ne suis pas trop comme ça. On a une structure d’équipe et une façon de jouer, mais on a surtout un style de jeu et des habitudes de travail qui vont aider le joueur à jouer dans à peu près n’importe quel système, n’importe où au monde.»

Il est d’ailleurs très heureux d’avoir vu l’étonnement et l’engouement de Caufield face aux nouveaux apprentissages qu’il tente de lui apporter.

«J’ai vu les yeux ronds un petit peu et ce sont des techniques qui vont lui amener un peu plus d’offensive. J’ai vu le "shooter" en lui être peut-être content: "Ça peut être l’fun ça!" Alors on va le laisser apprivoiser, mais j’ai senti une ouverture d’esprit assez évidente dans quelques facettes du jeu que je lui ai montré qu’on faisait avec le Rocket et qui nous amenait beaucoup de succès depuis le début de l’année.»

À ceux qui pensent que son petit gabarit sera une faiblesse dans son jeu, Joël n’a aucune crainte pour Caufield.

«Je ne suis pas de ceux qui ont des inquiétudes dans la vie quand on parle de hockey. […] Dans le cas de Cole, il va avoir un ajustement pour comprendre, mais avec le Rocket j’ai un gars de 5p9 qui s’appelle Rafael Harvey-Pinard et 5p9 c’est peut-être étiré sur le gallon... mais j’aurais aucun, aucun, aucun, aucun stress de l’envoyer avec un gars de 6p4 dans le coin! Et je pense que le gars de 6p4 est dans le trouble, parce que c’est (Rafael) qui va sortir avec la rondelle.»

«Ce n’est pas un sauveur qu’on veut»

L’entraîneur ne s’est finalement pas caché qu’il tentera d’utiliser son jeune attaquant dans toutes les facettes du jeu, mais à un rythme raisonnable sans le brusquer.

«On ne mettra pas un joueur dans une situation où il n’a pas pratiqué et il va dans le match. On ne fera pas ça! On ne le sortira pas de sept jours de quarantaine à l’hôtel pour le lancer dans un match en lui disant: "Bonne chance, mon homme, on a hâte de te voir!" On n’a pas besoin de ça et ce n’est pas un sauveur qu’on veut. On n’en a pas besoin. On a besoin de développer le joueur et on va s’assurer de le mettre dans une situation gagnante!»

La progression dans une saison «pandémique»

L’entraîneur du Rocket est aussi revenu sur le travail de son équipe dans un contexte de saison condensée.

Il est heureux que son équipe ait pu être préparée sans avoir perdu de temps, en ayant maximisé et optimisé son temps de pratique.

«La pandémie nous a sortis de notre zone de confort. Ça nous a forcés à être meilleurs. Avec Alex Burrows, Marco Marciano et Dan, on s’est vraiment préparé différemment durant le confinement en se demandant ce qu’on pouvait faire de mieux.»

Joël Bouchard soutient que le partenariat avec les joueurs est d’autant plus important en contexte de pandémie. Ils ont vraiment mis chacun à contribution et les résultats positifs se font sentir, alors que le Rocket occupe la position de tête dans la section canadienne, de même que dans l'ensemble de la LAH au moment d'écrire ces lignes.

Puisqu'il faut se lever
En direct de 05:30 à 10:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.