• Accueil
  • L’Impact pourra-t-il compter sur 20 joueurs en Ligue des champions?
98.5 Sports

L’Impact pourra-t-il compter sur 20 joueurs en Ligue des champions?

L’Impact pourra-t-il compter sur 20 joueurs en Ligue des champions?
Thierry Henry (98.5 Sports)

À moins de deux semaines de son match en Ligue des champions de la Concacaf à Orlando, l’Impact de Montréal n’est toujours pas certain de pouvoir compter sur 20 joueurs lors de la relance du tournoi.

Le club a encore une fois été placé dans une situation très difficile, ayant été obligé d’informer les joueurs de leur statut contractuel pour 2021, sachant que des matchs restent toujours à être joués.

Vendredi, huit joueurs ont été informés qu’ils n’avaient pas de contrat valide avec le club pour l’an prochain.

Dans une entrevue accordée à IMFC Radio mercredi matin, l’assistant au directeur sportif Vassili Cremanzidis a indiqué qu’il fondait encore un espoir de voir certains d’entre eux demeurer avec l’équipe pour le tournoi continental.

« Ce serait vraiment ambitieux de vous dire qu’ils y seront tous, mais nous croyons qu’il sera peut-être possible d’en convaincre deux ou trois. »

Selon les rumeurs qui ont récemment circulé dans les médias, on peut supposer qu’Anthony Jackson-Hamel, Bojan Krkic et Orji Okwonkwo sont les joueurs sur lesquels l’Impact fonde encore un certain espoir.

Par ailleurs, toujours selon Cremanzidis, le club espère que Joël Waterman sera suffisamment remis de sa blessure pour jouer. Dans le cas de Jean-Yves Ballou Tabla, on estime les chances à 50-50. 

D’autres ajouts?

Mardi, l’Impact a confirmé l’arrivée du défenseur latéral gauche québécois Zorhan Bassong, mais ce dernier ne sera pas en mesure de disputer la Ligue des champions. Il a lui-même confirmé la nouvelle en conférence de presse.

En ce sens, si l’Impact fait l’acquisition d’autres joueurs d’ici le 15 décembre, que ce soit via le ballottage, une transaction ou le marché des joueurs autonomes, il ne faut pas s’attendre à les voir jouer contre Olimpia dans deux semaines.

Ces joueurs arriveraient trop tard et devraient aussi être protégés lors du prochain repêchage d’expansion. L’Impact est la seule équipe de la MLS toujours en vie en Ligue des champions qui risque de perdre un joueur aux mains de l’équipe d’Austin. Le repêchage d’expansion, imaginez-vous, aura lieu le même jour que le match du 15.

Montréal pourrait cependant ajouter des joueurs à son équipe en offrant des contrats professionnels à certains joueurs de l’académie.

À quand le retour à l’entraînement?

Douze jours après son élimination des séries de la MLS, l’Impact attend toujours l’autorisation de la santé publique pour reprendre les entraînements. La quarantaine modifiée qui avait été octroyée à l’équipe le mois passé ne semble plus fonctionner cette fois-ci. Pour quelle raison? Personne ne le sait. Cette permission permettait aux joueurs de garder la forme en se dirigeant au Centre Nutrilait pour s’entrainer. Ce n’est pas le cas présentement.

Il semble plus clair que jamais que le club ne pourra pas reprendre le collier avant samedi. Les joueurs auront donc été complètement arrêtés pendant deux semaines. Une période de remise en forme sera donc nécessaire avant de pouvoir réellement s’attaquer à la réelle préparation pour le prochain match.

C’est un net et réel désavantage pour l’Impact. Tous les autres clubs impliqués dans le tournoi continental ont l’autorisation de s’entrainer, peu importe de quel pays ils viennent.

Il n’est pas clair si le club s’entraînera dehors au Centre Nutrilait ou à l’intérieur, au Cégep Marie-Victorin.

Encore une fois, les embûches sont multiples pour l’Impact et Thierry Henry, mais comme ils l’ont fait si souvent cette saison, ils n’ont d’autre option que de se préparer au meilleur de leur capacité, et espérer un miracle pour la suite.

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Le Québec maintenant
En ondes jusqu’à 18:30
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.