• Accueil
  • Ron Fournier à la retraite | «J'ai été privilégié d'avoir eu deux carrières aussi captivantes»

Ron Fournier à la retraite | «J'ai été privilégié d'avoir eu deux carrières aussi captivantes»

Ron Fournier à la retraite | «J'ai été privilégié d'avoir eu deux carrières aussi captivantes»Facebook Mario Langlois
Ron Fournier, Kerry Fraser et Mario Langlois. Les deux carrière de Ron Fournier réunies.
Retraite de Ron Fournier (Bloc 1)

16:43

Retraite de Ron Fournier (Bloc 1)

Détails
Retraite de Ron Fournier (Bloc 2)

7:53

Retraite de Ron Fournier (Bloc 2)

Détails
Retraite de Ron Fournier (Bloc 3)

24:20

Retraite de Ron Fournier (Bloc 3)

Détails

La première journée du reste de ta vie, c’est un peu beaucoup ça, la retraite. Et c’est l’une des choses que Ron Fournier a évoqué au micro des Amateurs de Sports, avec Mario Langlois.

« C’est une journée incroyable remplie d’émotion », a dit l’animateur en ondes qui a noté qu’il était très heureux d’être présent à la tribune de soirée, car « ça me permet de saluer et de remercier notre auditoire. Parce que sans eux, on ne serait pas grand-chose. On parlerait dans le vide, ou à peu près. »

Que l’on se soit préparé ou pas à la retraite, il y a forcément une portion d’inconnu auquel on fait face.

« Je cesse le travail comme tel. Les obligations du travail, où tu dois te concentrer… Où tu dois te préparer…  Et tu dois livrer... Là, c’est terminé, ça. Ça va être ton petit café le matin. Et le petit chien qui est dehors. Et puis… On fait quoi aujourd’hui? Ça va me permettre de, de, de… Moi, je n’ai jamais connu ça d’être libre. Totalement libre! »

L’animateur a rappelé l’histoire d’un de ses amis dans les forces de l’ordre qui a dû prendre sa retraite à l’âge de 65 ans. À son corps défendant. Rien de ce genre avec Ron Fournier.

« Ça a été mûri. Ça a été pensé et c’est maintenant un fait accompli. »

Deux carrières

« J’ai été privilégié d’avoir vécu deux carrières aussi captivantes, celle d’arbitre et en communications, à la radio particulièrement. Je ne suis pas triste. Je peux te le confirmer. Je me lance avec Chantal (son épouse) et je n’ai aucune idée ce qui m’attend. C’est bien beau vivre dans le passé, mais là, c’est le présent et l’avenir à court et moyen terme. »

Cela dit, Ron Fournier admet que la pandémie change un peu la donne dans le contexte.

« Nous, on aime voyager. Là, il n’y a pas de voyages. On aime ça, les regroupements. Il n’y en a pas... On aime ça les restaurants : il n’y en a pas trop, trop. Alors, on s’est ajusté, un peu comme tout le monde. »

Tour comme le premier ministre du Québec, Ron Fournier a incité les gens à continuer à se protéger de la COVID. Pour sa part, François Legault a salué son départ à la retraite. 

L'animateur de Bonsoir les sportifs a toutefois assuré que ce n'est pas la pandémie qui l'a poussé à se retirer, mais bien ses problèmes de santé des dernières années.

« C’est un ensemble de facteurs. Depuis deux ans et demi, j’ai été frappé par un tsunami, le tonnerre et puis une claque sur la gueule! J’ai été ébranlé un petit peu.

« Je suis passé d’un niveau d’énergie de 3.8, il y a quelques mois, à 9.1, aujourd’hui. C’est très bon. Je nous souhaite plein de santé afin de profiter de ma retraite et de sa retraite. De notre retraite. »

Le public et le respect

Qu'est-ce qui explique le succès de l'animateur toutes ses années? Il faut peut-être comprendre sa motivation.

« Le public est celui dit me motive. Le public m'a fait. Et le public, je lui dit merci d'avoir rempli ma vie. Vous m'avez écouté. » 

Et pourquoi Ron Fournier est demeuré fidèle à la radio alors que les réseaux de télévision lui ont toujours fait des offres?

« La liberté, je pense. La liberté de travail, dans le travail. Tu sais? Les envolées de Ronald, ou de Mario, ou de Jérémie, ou de Derek... Si ça nous prennait 12 minutes, ça nous prennait 12 minutes. Parce qu'on a de quoi à dire. Tandis qu'à la télé, ce n'est pas si évident. »

« L'autre aspect, j’aime ça parler les yeux fermés, des fois. Pencher vers le micro, comme si je parlais à ma blonde. Pas m'occuper de mon allure, de regarder la caméra... »

Ron Fournier a été numéro 1 dans les sondages un nombre incalculable de fois. Ce n'est pourtant pas ce qui lui importait le plus.

« J’ai voulu être un de la gang et j'ai voulu respecter le monde comme il me respectait. Faire mon travail, du mieux que je peux, être apprécié et surtout respecté. »

« J’ai accompli quoi, moi? Les gens ont apprécié ce que j'ai fait. C’est pas juste sur la glace que ça se passe pour les joueurs de hockey. Ça se passe après, aussi. C'est la même chose pour nous autres. C’est pas juste derrière un micro. C'est quand tu croises les gens dans la rue, en vacances, etc.. »

Mais en défintive, le moment le plus important demeure quand un animateur et un auditeur échangent sur un sujet comme s'ils étaient en face-à-face... avec des millers de gens qui les écoutent.

« La personne la plus importante, la plus essentielle, c’est celle avec lequel tu échanges. »

Les week-ends de Paul Houde
En direct de 07:00 à 11:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.