• Accueil
  • Retraite de Ron Fournier | «Ron, c'était notre capitaine» -Michel Tremblay, 98.5 FM

Retraite de Ron Fournier | «Ron, c'était notre capitaine» -Michel Tremblay, 98.5 FM

Retraite de Ron Fournier | «Ron, c'était notre capitaine» -Michel Tremblay, 98.5 FM
Ron Fournier a annoncé ce matin qu'il prenait sa retraite. Michel Tremblay a été le premier à lui offrir un micro il y a 33 ans à CJMS

7:32

Peu importe ce que l’on fait dans sa vie au plan professionnel, il y a toujours un patron qui va vous offrir votre première chance. Et ce ne fut pas différent pour Ron Fournier.

La légende radiophonique de la radio parlée sportive au Québec a annoncé sa retraite aujourd’hui. Mais en 1987, Ron Fournier ignorait encore qu’il allait devenir un personnage plus grand que nature.

Tous les gens qui ont apprécié l’animateur depuis 33 ans peuvent dire merci au jeune patron qui l’a embauché à l’époque. Patron qui est toujours en poste, d’ailleurs…

Michel Tremblay était le directeur des sports à la station CJMS en 1987, poste qu’il occupe en 2020 au 98.5 FM. En conversation avec Patrick Lagacé et Philippe Cantin, il explique ce qui a mené à l’embauche de l’ancien arbitre.

« À l’époque, Ron était dans la LNH depuis 12 ou 13 ans, mais cette année-là, il n’avait pas été retenu par la ligue pour arbitrer durant les séries », se souvient Michel Tremblay.

« On voulait l’inviter à Parlons Sports, avec Pierre Trudel et Mario Tremblay, pour qu’il nous parle de cette déception, avec l’idée derrière la tête que Ron puisse dire quelques choses pas trop catholiques envers la LNH. »

Cette année-là, Michel Tremblay propose au directeur des programmes de CJMS, Raynald Brière, de lancer une émission de sports en fin de soirée sans toutefois avoir une idée précise quant à l’identité de l’animateur potentiel.

« J’appelle Ron et on parle ensemble 40, 45 minutes pour essayer de le convaincre de venir en ondes pour venir raconter sa déception. Ron refuse, mais pendant 45 minutes, je suis vraiment emballé par le ton de la conversation. Je raccroche, je vais dans le bureau de Raynald et je lui dis : « Je pense que je l’ai, mon gars. »

« Ron, c’est Ron. C’est quelqu’un qui a beaucoup d’émotion dans ce qu’il fait. Inévitablement, après la conversation, tu trouves que ce gars-là a de l’énergie et qu’il y a quelque chose à faire avec lui. »

Mais pas au point d’imaginer ce que deviendra Ron Fournier, l’animateur, 20 ou 30 ans plus tard.

« Tu ne peux pas t’imaginer en 1987... Comme je présume que le premier patron qui a mis Paul Arcand en poste comme « morning man » à CJMS en 1990 serait menteur de dire qu'il aurait pensé que Paul Arcand était pour devenir ce qu’il est aujourd’hui. Je n’avais pas de vision comme ça (pour Ron). »

« Ce qu’on perd aujourd’hui, et je parle surtout pour le service des sports: on perd notre capitaine. Ron, c'était notre capitaine. Un leader à sa façon, avec ses qualités humaines. »

Les week-ends de Paul Houde
En direct de 07:00 à 11:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.