12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link12x12 photo outline16x16 google podcasts16x16 apple podcasts

Sylvain Ouellette, du Club Med à Youppi!

Sylvain Ouellette, du Club Med à Youppi!Sylvain Ouellette
Youppi! à Porto Rico

Plus tôt cette semaine, le 98,5 FM vous a raconté l’histoire de Martin Métivier, qui avait joué le rôle de Youppi! à l’époque des dernières années des Expos.

Aujourd’hui, c’est au tour de Sylvain Ouellette de nous relater son expérience à titre de mascotte des Expos. Il a lui aussi travaillé à la même époque, c’est-à-dire lors des dernières années de vie de Nos Amours.

C’est en 1996 que débute l’aventure de Sylvain chez les Expos. Après 4 ans et demi d’animation au Club Med, il revient à Montréal et se trouve un emploi d’animateur dans une discothèque. C’est là qu’il rencontre Vincent Guy Aubry, le fils du réputé JD Guy Aubry.

Comme son père, Vincent est un talentueux DJ qui ne fait que débuter sa grande carrière et il aime vraiment le travail de Sylvain. Aubry travaillait comme DJ aussi au Stade olympique lors des matchs des Expos. À cette époque, les Expos cherchaient un animateur de foule et Aubry a proposé son nom. C’est là que l’aventure a commencé.

Après une demi-saison fructueuse comme animateur de foule au Stade, Aubry propose à ses patrons de donner à Ouellette le rôle de jouer Youppi! lorsque le besoin s’en fait sentir. Une dizaine de personnes passent l’entrevue, mais c’est Sylvain qui décroche le rôle. 

« C’était la première fois que j’essayais un costume de mascotte. Je m’offre en spectacle en criant, en chantant et en sautant partout. Mon patron me dit alors OK, peux-tu maintenant recommencer, mais sans parler! »

Oullette n’était pas un grand fan de baseball à l’époque et ne connaissait pas à 100% les rudiments.

« Il m’a demandé, tu fais quoi si les Expos frappent un double? Je réponds, je suis désolé, je ne sais pas. »

Mais heureusement, Ouellette apprend vite.

« Dès le deuxième match, j’ai commencé à comprendre. Je suis ensuite devenu un grand fan de baseball. J’étais un animateur dans l’âme, le baseball est venu ensuite. »

C’est lors du match d’ouverture que Ouellette fait sa première apparition publique au stade.

« C’est le match d’ouverture, je suis installé sur une Mustang jaune décapotable. Il devait y avoir 50 000 personnes dans le stade. Et là on s’élance sur le terrain, et moi je suis figé. C’était incroyable de voir la réaction de la foule endiablée, excitée de me voir lancer les activités de la soirée. Le gars qui chauffait l’auto me crie, bouge, fait toi aller! C’est là que j’ai commencé à gesticuler! Je ne revivrai jamais un moment comme ça dans ma vie! »

Les moments drôles et moins drôles

« Un jour je devais faire une demande en mariage pour un couple dans les estrades populaires. J’arrive au moment prévu avec les fleurs et la bague. J’approche le couple qui se retrouve à l’écran géant. Malheureusement, la femme n’était clairement pas intéressée, elle lui lance une gifle au visage! Les fleurs et la bague partent en l’air et la fille se sauve. Malheureusement pour le jeune homme, en plus du refus qu’il a essuyé, on n’a jamais retrouvé la bague. »

Il n’était pas rare non plus que certains enfants trouvent que Youppi! avait mauvaise haleine. Avoir des gaz dans un costume comme cela, ce n’est pas évident. Surtout lorsque c’est par la bouche du costume que l’air entre et sort.

« Des fois aussi, les gens oublient qu’il y a un humain dans le costume. Je me souviens d’un partisan qui m’avait frappé par en arrière, je suis tombé au sol. Un joueur m’a identifié l’individu fautif. Je peux vous dire que je lui ai dit ma façon de penser. »

« Lors d’un match une fois, quelqu’un m’a lancé une bombonne d’aérosol dans le costume. J’en suis devenu malade. J’ai couru vers le vestiaire et je me suis mis à vomir. »

Mais Sylvain préfère se souvenir de bons moments, comme le jour où il a donné un câlin à un homme. Ce dernier se retourne en le remerciant sincèrement. Sa femme était décédée cette même journée-là.

« Ma femme t’aimait beaucoup, me dit-il. On venait souvent aux Expos ensemble. Je l’apprécie vraiment. »

L’aventure de Porto Rico

Pendant deux saisons, les Expos ont joué des matchs à Porto Rico, et étant donné que Sylvain parlait bien espagnol, c’est lui qui a eu le mandat d’aller faire Youppi! là-bas.

« Je l’ai su comme trois jours avant seulement. Ma femme a fait quelques voyages avec moi là-bas. Mais la chaleur était intense! J’adore danser sur de la musique latine, et donc je me laissais vraiment aller, mais je ne me rendais pas au-delà de la septième manche. Mon costume était détrempé et j’étais mort. »

« Un jour ma femme entre dans le vestiaire et me voit devant un ventilateur, elle n’en revenait pas de mon état. Elle n’a pas pris ma température, mais je suis certain qu’elle aurait été très haute. »

« Un jour il pleuvait, ils avaient sorti la toile et mon patron là-bas me dit, vas-y, va sur le terrain et va faire rire la foule. Je n’en revenais pas de la chance qu’on me donnait. Je saute sur le terrain et je fais semblant de voler des buts en glissant au deuxième, puis au troisième. »

« Là je suis au 3e et il y a un agent de sécurité au marbre. Je l’avais averti qu’il se pouvait que je le bouscule un peu en arrivant au marbre. Finalement, je m’élance du 3e et j’entends la foule se lever. J’arrive au marbre et plaque littéralement l’agent pour toucher le marbre et la foule était en délire! Nous avons roulé au sol et mon costume était détrempé. Mais nous avons bien ri et la foule a adoré. Je ne pourrai jamais vivre un autre moment comme celui-là dans ma vie. »

« Tout ce que je sais c’est que lors de notre première visite, personne ne savait qui était Youppi! et dès notre deuxième visite, les poupées de Youppi! s’envolaient comme de petits pains chauds au kiosque à souvent. J’avais réussi à les séduire. »

Ça commence à se gâter quand Loria arrive

Comme Métivier, Ouellette a moins aimé ses années sur Jeffrey Loria et David Samson.

Comme Métivier, Ouellette donnait souvent de son temps pour aller faire Youppi! lors d'évènements caritatifs, sans demander un sou à l’équipe. Il fallait aimer le travail et ne pas le faire pour l’argent.

« J’avais demandé à un moment donné une augmentation de salaire de 50$, qui m’avait été refusée. On m’avait dit que cette augmentation pourrait être suffisante pour faire disparaitre le personnage. J’ai donc dit de laisser-faire. Youppi devenait de moins en moins visible aussi. »

« Je me souviens que suite à un balayage face aux Mets, j’avais sorti le balai pour aller narguer un peu le club adverse sur l’abri des joueurs. C’était la tradition. Mais là, tout d’un coup on m’avait demandé de débarquer. Loria n’aurait pas apprécié que l’on se moque de son équipe de cœur lors de son enfance. »

L’accès aux joueurs, limité

« Il ne fallait plus jouer avec les joueurs sur le terrain, de peur que l’on d’eux se blesse durant mise en scène. C’était rendu plate. Les joueurs aussi n’avaient pas apprécié une promotion marketing du club qui mettait en vedette Youppi! et non un joueur. »

« Heureusement j’ai gardé une super belle amitié avec Vladimir. Le fait que je parlais espagnol nous a permis de nous rapprocher. Il m’avait emmené de la République dominicaine un cadeau pour ma fille une année. Nous avions une belle relation amicale. »

Ouellette se souvient d’avoir accompagné Guerrero au match des étoiles une année, lui qui participait à un évènement spécial pour les mascottes de la MLB.

« J’étais allé le voir dans le vestiaire, et je suis même monté sur le terrain, chose que finalement je n’avais pas vraiment le droit de faire. Mais mettons que mes chums me trouvaient chanceux! »

La fin des Expos

Ouellette a eu l’honneur, ou la malchance, de faire Youppi! lors du tout dernier match des Expos au Stade olympique. Il a dû faire son deuil des Expos et de Youppi! 

Lorsque le Canadien a rapatrié Youppi!, Sylvain s’est fait proposer de faire le saut chez le Tricolore. Mais son patron l’avait bien averti que Youppi! allait être géré différemment chez le Canadien. 

« Je ne sentais pas que j’allais avoir le même plaisir qu’avec les Expos. J’ai donc décidé de laisser tomber au lieu d’être déçu. »

Heureusement, Ouellette avait d’autres plans. Sa compagnie d’animation prenait son envol. Il célèbre d’ailleurs cette année le 20e anniversaire de son entreprise, Les productions Mega-Animation. Une entreprise qui génère plus d’un million de dollars en chiffre d’affaires par année.

 

En direct de 18:00 à 00:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.