Yvon Michel prépare le retour de la boxe

Yvon Michel prépare le retour de la boxeArtur Beterbiev et Meng Fanlong devaient s'affronter à Québec le 28 mars, mais la COVID-19 a forcé l'annulation du combat
COURTOISIE GROUPE YVON MICHEL

Comme les autres sports majeurs d’Amérique du Nord, la boxe étudie ses options dans le but de renouer avec la compétition. Au Québec, c’est à Yvon Michel de travailler sur des idées logiques pour relancer les activités.

Selon lui, nous ne sommes pas très loin de commencer à voir de véritables plans prendre forme.

« Je pense que la boxe s’avère un des sports qui pourrait reprendre un peu plus vite que les autres. La logistique est moins compliquée que dans plusieurs ligues de sports collectifs. Les réseaux vont avoir besoin de contenu rapidement et dès que deux promoteurs se mettent d’accord, ça peut débouler assez vite. »

Michel demande à ses boxeurs de tenter de garder la forme, car les choses pourraient vite se remettre en branle lorsqu’on aura le feu vert des gouvernements.

« Le combat de championnat du monde de Marie-Ève Dicaire pourrait être celui qui relance les activités. Nous n’avons besoin que de quatre semaines pour tout mettre en place. Si on a le go le 1er juin, on peut livrer le gala le 1er juillet. »

Des galas à huis clos

Selon Michel, il semble peu probable que l’on puisse reprendre les activités sans passer par une période où les galas auraient lieu à huis clos.

On pourrait ainsi demander aux boxeurs de limiter leur entourage à un maximum de quatre personnes lors du combat. Cela limiterait l’accès à l’édifice aux gens vraiment nécessaires à la tenue du gala.

« C’est sûr que financièrement c’est un risque. Est-ce que ça peut être rentable? Il faudrait vérifier avec nos partenaires et les réseaux de télé, mais ce que je peux dire c’est que je sens la volonté d’un peu tout le monde dans la business de remettre la machine en marche. »

Michel assure que le monde de la boxe observe de près la façon dont procède présentement la UFC et les WWE pour utiliser les méthodes qui fonctionnent et éviter celles qui ne fonctionnent pas.

Ces deux fédérations de sports de combat n’ont pas cessé leurs opérations durant la crise du coronavirus préférant organiser des galas à huis clos.

Le Canada est-il convoité?

Si les activités risquent de reprendre plus rapidement au Canada, on ne pense pas cependant voir plus de galas importants être déplacés ici selon Michel.

« Je crois qu’il va toujours y avoir cette crainte de traverser les frontières. Même si on reprend une vie plus normale dans les prochaines semaines, ça risque de demeurer compliqué pendant un petit bout aux frontières. Des chaînes comme Showtime ne sont pas chaudes à l’idée de déplacer toute leur équipe de production ici. »

Par contre, Michel a une idée pour contrer ce problème.

« En 2018 nous avions produit un gala complet ici avec une équipe de production toute québécoise au Centre Vidéotron pour Showtime et cela s’était très bien passé. Je songe leur proposer une solution similaire pour régler ce problème. »

Chose certaine, le téléphone ne cesse de sonner dans les bureaux du Groupe Yvon Michel et tous les scénarios sont sur la table.

Il ne faudrait pas se surprendre d’avoir des nouvelles positives sur le retour imminent de la boxe d’ici quelques semaines, voire quelques mois tout au plus.

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.