12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link12x12 photo outline16x16 google podcasts16x16 apple podcasts
  • Accueil
  • Olivier Renard ne chômera pas au cours des prochains mois!

Olivier Renard ne chômera pas au cours des prochains mois!

Olivier Renard ne chômera pas au cours des prochains mois!Getty Images Europe/MB Media

7:55

Le nouveau directeur technique de l’Impact de Montréal, Olivier Renard, arrive à Montréal avec une feuille de route impressionnante, surtout pour ce qui est de l’achat et la revente de jeunes joueurs.

L’Impact qui peine à remplir son stade a besoin d’autres sources de revenus et l’achat et la revente de joueurs peuvent aider Joey Saputo à s’approcher du seuil de rentabilité.

Mais ce type de travail se fait sur plusieurs années. Repérer un jeune joueur prometteur, l’emmener à Montréal, le faire progresser et ensuite, le vendre est un long processus.

Or, l’historique de l’Impact nous montre que les embauches provenant de l’extérieur fonctionnent rarement. Peu importe pour quel poste, souvent ces personnes sont vouées à quitter le navire un ou deux ans plus tard.

Si l’Impact continue d’opérer de la même façon, et rien ne nous porte à croire que ça changera, Renard n’aura pas le temps de faire fructifier ses acquisitions.

Espérons que Renard a de bons contacts en Amérique du Sud et en Afrique, là où se trouvent ces perles rares, car on se rend compte que les acquisitions venant de l’Europe sont trop souvent trop coûteuses pour un club œuvrant dans une ligue avec un plafond salarial.

Du pain sur la planche

La saison n’est même pas terminée qu’il faut déjà commencer à se pencher sur 2020 qui arrivera très vite étant donné la qualification du club à la Ligue des Champions.

Premièrement, Renard doit apprendre les rudiments de la MLS. Le nouveau directeur sportif a beau avoir une bonne réputation en Europe, mais gérer un club de la MLS s’avère une tout autre histoire.

C’est son assistant Vassili Cremanzidis qui va lui apprendre ce que c’est un plafond salarial, un joueur désigné, du TAM du GAM, un joueur génération Adidas, et tout le tralala.

Renard devra arriver à Montréal avec énormément d’humilité, car s’il arrive ici avec ses grands sabots, croyant tout savoir, l’Impact est dans le trouble.

Mis à part Cremanzidis, Renard devrait se trouver quelques autres bons dépisteurs de la MLS pour l’aider à évaluer le talent MLS, USL et autres, en plus de l’aider à prendre de bonnes décisions pour tout ce qui touche l’Amérique du Nord. Car clairement, en MLS, la majorité de tes joueurs doivent être des locaux. Une autre réalité avec laquelle devra jongler Renard.

Avec toute la bonne volonté qu’avait Rémi Garde, il n’a jamais véritablement appris à connaître de A à Z la convention collective. Il portait aussi le titre de directeur du personnel des joueurs et sous sa gouverne, le club a pris plusieurs mauvaises décisions de gestion, dont l’embauche catastrophique d’Harry Novillo, le contrat trop lucratif de Rudy Camacho et la vente de Maxime Crépeau, un produit local, pour 50 000$. Il a préféré donner plus d’un million de dollars à Evan Bush.

C’est pour éviter d’autres mauvaises décisions de ce genre que Renard doit d’abord maîtriser les procédures compliquées et différentes de la MLS avant de prendre la moindre décision.

Qui garder?

Pour être bien certain de savoir exactement ce dont il a besoin et combien d’argent il aura à sa disposition lors du prochain mercato, Renard doit identifier les joueurs de l’Impact qui resteront ou qui devront partir.

Donnera-t-il une deuxième chance à Evan Bush? Peut-on convaincre Piatti de revenir pour moins d’argent? Des joueurs comme Camacho, Maxi Urruti et Saphir Taïder qui gagnent quand même de bons salaires peuvent-ils être bougés? Doit-on poursuivre avec des vétérans comme Sagna et Fanni?

Tout cela doit se décider rapidement et en date d’aujourd’hui, Renard n’a probablement pas encore une assez bonne connaissance de tous ces joueurs pour prendre les meilleures décisions.

Et l’entraîneur?

Pendant ce temps, on doit aussi prendre une décision réfléchie sur la situation de l’entraîneur Wilmer Cabrera. Si le club décide de lui montrer la porte, il faudra entreprendre une chasse à l’homme. En espérant qu’une embauche soit rapidement faite, plus rapidement que celle du directeur technique qui aura pris presque une année complète.

Sans oublier qu’il va falloir entourer cet entraîneur avec des assistants.

Des dates importantes en MLS

Durant l’hiver, il faudra aussi exercer les options de certains joueurs, en soumettre d’autres au ballottage et en protéger d’autres pour le repêchage d’expansion. Il ne faut pas se tromper. Ensuite arrivera le 1er janvier et l’ouverture du mercato hivernal.

Contrairement aux autres années où l’Impact attend souvent à la fin de la fenêtre pour faire ses acquisitions, cette année, il faudra bouger vite. La LDC débutera à la mi-février et il est très important que les nouveaux joueurs soient tous prêts à partir en même temps lors du jour 1 du camp d’entraînement.

Ah oui, il y a aussi le Superdraft. Ce repêchage annuel des meilleurs joueurs universitaires. Le Superdraft a permis à l’Impact de mettre la main sur des joueurs comme Shamit Shome et Ken Krolicki. Il faudra donc un autre petit cours 101 pour Renard sur ce qu'est le Superdraft. En espérant que d’autres aient fait le travail de dépistage à sa place avant.

Sans oublier que Renard aura aussi la tâche de tenter de convaincre Joey Saputo de ramener une équipe réserve le plus rapidement possible.

Cette année, étant donné la LDC, il faudra débuter le camp d’entraînement plus tôt qu’à l’habitude, probablement à la mi-janvier au plus tard.

Ça veut donc dire que tout le travail mentionné ci-haut doit se faire en moins que trois mois et demi, c’est très peu de temps et bien franchement, je crois que ce sera impossible à réaliser.

Ce qui est dommage, c’est que le gros trophée de la LDC est à la portée de l’Impact en 2020, mais il semble impossible que le club soit fin prêt à compétitionner au plus haut niveau lorsque les huitièmes de finales débuteront à la mi-février.

Olivier Renard rencontrera les médias pour la première fois mardi matin au Centre Nutrilait.

En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.