12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope outline12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close16x16 spotify12x12 arrow left outline12x12 arrow right outline16x16 link

Grand Prix de Hongrie: le meilleur a gagné

Grand Prix de Hongrie: le meilleur a gagnéCogeco media

Ce qui s’est passé en Hongrie se résume simplement : le champion en titre a battu l’aspirant numéro 1. Verstappen sera le meilleur pilote des dix ou quinze prochaines années, c’est déjà écrit et rares sont ceux qui en doutent. Le prochain Schumacher, le prochain Hamilton, bref le prochain collectionneur de championnats, c’est lui. En attendant, Lewis Hamilton demeure la référence. L’homme à battre. Le meilleur, tout simplement.

Est-ce que ce sera encore la cas la saison prochaine ? Impossible à prédire, trop de facteurs entrant en ligne de compte, à commencer par la monture. Si Lewis Hamilton est le meilleur, c’est aussi parce qu’il pilote la meilleure voiture depuis plusieurs saisons, ne l’oublions pas. Du reste, cela ne diminue en rien son immense talent : Valtteri Bottas dispose du même matériel et il se fait laminer par son coéquipier.

De toute façon, tous les grands champions de la Formule 1 ont eu, la plupart du temps, la meilleure voiture (ou à tout le moins, l’une des meilleures) : Ascari, Fangio, Clark, Stewart, Lauda, Prost, Senna, Schumacher, Hakkinen, Hamilton… Et ce n’est pas exclusif à la F1 : c’est l’essence même de la course automobile, toutes disciplines confondues. Les championnats se gagnent avec les meilleurs pilotes au volant des meilleures voitures. Bien sûr, il y a eu des exceptions : des voitures exceptionnelles qui ont rendu leurs pilotes meilleurs. Et vice-versa.

Lewis Hamilton aurait-il le même palmarès s’il était resté chez McLaren au lieu de signer avec Mercedes ? Non, évidemment. À l’inverse, si Alonso, qui a vécu la traversée du désert de cette grande écurie britannique, avait été recruté par Mercedes, il aurait gagné deux ou trois championnats de plus, personne n’en doute. C’est la beauté de la chose : l’arrivée de Hamilton, en 2013, a transformé Mercedes en machine à gagner, tout comme l’arrivée dans cette écurie a métamorphosé Hamilton – l’homme et le pilote. (Niki Lauda y est aussi pour beaucoup, Hamilton l’a lui-même reconnu.)

Bottas se dégonfle

Ce qui nous ramène à son coéquipier : que s’est-il donc passé avec le « Bottas 2.0 » du début de la saison ? Deux victoires lors des quatre premières courses et puis… plus rien. Le ballon s’est dégonflé. Cette combinaison de pilotes me rappelle la paire Vettel-Webber chez Red Bull : au début, l’Australien gagnait sa part de courses et il faisait une chaude lutte à son jeune coéquipier. On connaît la suite : il a fini par s’écraser devant Vettel. Lors de sa dernière saison chez Red Bull, en 2012, il n’a gagné aucun Grand Prix. Avec la même voiture, Vettel en a gagné 13 et il a été couronné champion. Naguère un espoir, Webber a quitté la F1 par la petite porte.

Chez Mercedes, le rouleau compresseur Hamilton est en train de démolir Bottas. Si Toto Wolff, qui à la fois son patron et son agent – une absurdité propre à la F1 – veut sauver son poulain, il devrait le sortir de là au plus vite et le recaser ailleurs l’année prochaine, aux côtés d’un pilote moins dominant. L’année dernière, le Finlandais a été blanchi au chapitre des victoires, alors que Hamilton remportait un cinquième championnat. On aurait dit qu’ils pilotaient dans deux écuries différentes…

Jacques Villeneuve le disait la semaine dernière : il y a des pilotes qui sont bons dans des petites écuries mais qui ne sont pas capables de gagner quand ils arrivent dans une écurie de pointe. Les exemples abondent : Bottas et Webber, mais aussi Sergio Perez (rappelez-vous de son passage désastreux chez Mercedes), Trulli, Fisichella, Frentzen…

Faudra-t-il ajouter Pierre Gasly à cette liste ? Le Français en arrache chez Red Bull mais cette écurie a un atout que d’autres n’ont pas : une équipe B (Toro Rosso). Comme si le Rocket de Laval, club-école des Canadiens de Montréal, jouait dans la LNH. Gasly pourrait ainsi troquer son siège contre celui de Daniil Kvyat, qui a connu le parcours inverse. Pas impossible, d’autant que la recette a fonctionné avec le Russe.

Mercedes n’a pas cette flexibilité avec Bottas. Esteban Ocon, privé de volant cette saison à cause d’une situation ubuesque, est fin prêt à remplacer Bottas mais voilà, les deux pilotes ont le même agent… qui est aussi le patron de Mercedes ! Ubuesque, disais-je…

Évidemment, l’idéal serait de placer Bottas (ou Ocon) chez Racing Point, à la place de Lance Stroll, qui n’avance pas lors des qualifications. Mais le Montréalais a trois cartes dans son jeu : Un, c’est le fils du patron, on le sait; deux, il a récolté une brillante quatrième place la semaine dernière, en Allemagne; et trois, si Racing Point est une écurie-cliente de Mercedes, dont elle utilise les moteurs, elle n’est pas non plus son équipe B. Pour toutes ces raisons, Bottas risque de terminer la saison chez Mercedes, pendant qu’Ocon va continuer de « réchauffer le banc » comme pilote d’essai.

Plusieurs pilotes risquent néanmoins de ne pas avoir la tête tranquille pendant le congé d’un mois qui s’amorce. Outre Bottas et Gasly, Hulkenberg fait aussi l’objet de rumeurs, tout comme les deux pilotes de l’écurie Haas. Oubliez Ocon : il n’ira pas chez Renault ou dans une écurie soutenue par Ferrari parce qu’il appartient à Mercedes (et à Wolff). Fernando Alonso, en revanche, est libre comme l’air…

La saison des rumeurs peut commencer.

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.