• Accueil
  • Retour possible d’une équipe réserve pour l’Impact
98.5 Sports

Retour possible d’une équipe réserve pour l’Impact

Retour possible d’une équipe réserve pour l’Impact
Photo: Minas Panagiotakis/Getty Images

Les partisans la réclament, Rémi Garde la revendique et toute l’organisation de l’Impact de Montréal reconnait l’importance du retour d’une équipe réserve. Il est enfin possibler de croire que le club va retrouver sa formation en United Soccer League (USL) d’ici quelques années.

Le 98,5 Sports a appris que des discussions préliminaires ont eu lieu entre l’Impact et les dirigeants du circuit de l'USL, dans le but éventuel de voir naître l’IMFC2, la future équipe de réserve de l’Impact. Le dossier est loin d’être réglé, pour des raisons de procédures.

Le désir de ramener un club réserve s’est intensifié à la suite de l’arrivée du nouveau président du l’Impact, Kevin Gilmore.

 «Dans les bureaux, on ne me parle pas de l’importance de ramener un club réserve, on me le cri!» Voilà ce qu’avait lancé Gilmore en entrevue au 98,5 Sports en début de saison, lorsque questionné sur ce dossier.

Le problème c’est que la création d’une équipe de réserve ne dépend pas exclusivement de la direction de l’Impact. D’importants changements risquent de survenir bientôt dans l’USL.

Cette ligue est composée de clubs réservistes de la MLS, comme le TFC2, mais aussi de clubs indépendants, comme le Indy Eleven d’Indianapolis. C’est donc un mélange de deux types de clubs qui constituent ce circuit.

Les clubs indépendants sont là pour gagner des championnats. Ils embauchent des hommes et pas seulement des jeunes. Ils rivalisent de leur mieux pour gagner et jouent normalement devant des foules plus que respectables.

Les clubs affiliés

De leur côté, les clubs affiliés ont deux objectifs principaux : donner l’occasion aux jeunes espoirs de jouer ainsi que permettre aux joueurs anciennement blessés de reprendre tranquillement le collier. La marque finale au tableau indicateur importe peu. Souvent, les estrades sont vides pour les matchs locaux. Dans ces villes, la presse et les partisans n’en ont que pour la première équipe qui évolue en MLS.

Comme le démontre la fiche du FC Montréal en 2015 (8-4-16) et en 2016 (7-2-21), les équipes affiliées sont rarement compétitives. En 2015 le FC Montréal a attiré en moyenne 411 personnes et en 2016, 243. Rien à voir avec le FC Cincinnati qui, en 2018, attirait plus de 25 000 spectateurs par match.

Il y a donc un contraste trop grand, aux yeux de plusieurs, entre ces deux types de formations.

L’idée a donc été lancée de scinder la USL en deux. LA USL1 continuerait d’opérer avec les formations indépendantes, tandis que la USL2 serait formée de clubs de réserve de la MLS. Cette ligue formée de joueurs plus jeunes servirait de troisième division. La MLS demeurant, bien sûr, le meilleur niveau de jeu.

On s’attend à ce que la MLS augmente le nombre de vols nolisés permis pour chacune des équipes dès 2020, étant donné la renégociation de la convention collective l’hiver prochain. Si c’est le cas, les équipes de la MLS pourront faire voyager leur club réserve dans le même avion, pour aller jouer des matchs sur la route, et ainsi réduire les coûts. Les clubs réserves pourraient jouer le même jour que la première équipe, et dans plusieurs cas, dans le même stade, même si celui-ci s’avère vide au moment des matchs. Il faut savoir que pour l’instant, une équipe de la MLS ne voyage que trois fois par année en vol nolisé. Le reste du temps, les joueurs utilisent des vols commerciaux. Il faudrait donc que l’USL2 et la MLS aient un calendrier de matchs similaire.

Si l’Impact embarquait dans cette aventure d’une équipe réserve, le 98,5 FM a su que la direction de l’Impact aimerait voir jouer l’IMFC2 au Centre Nutrilait. Mais rien n’est confirmé pour l’instant.

Loin d’être une décision unanime

Certaines équipes de la MLS s’opposent présentement à cette idée, indiquant que leurs jeunes ont besoin de jouer contre des athlètes offrant la meilleure opposition possible.

La USL serait prête à permettre à certains clubs réserves de demeurer en USL1, si ces formations sont capables de respecter certains critères, dont des installations adéquates et des foules de grandeur raisonnable.

Les dirigeants de la USL et de la MLS doivent se rencontrer au Colorado lors du prochain match des étoiles pour parler de cette possibilité. Il n’est pas dit non plus qu’un changement de front peut se réaliser immédiatement.

Il se pourrait que la séparation des deux ligues n’arrive qu’en 2021. 

Fabi la nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.