• Accueil
  • «Le Stade olympique n’est pas si pourri pour le baseball majeur» - Michel Labrecque, PDG de la RIO

«Le Stade olympique n’est pas si pourri pour le baseball majeur» - Michel Labrecque, PDG de la RIO

«Le Stade olympique n’est pas si pourri pour le baseball majeur» - Michel Labrecque, PDG de la RIOPhoto: iStock / Adrian Wojcik
Le Stade olympique

Encore cette année, les Blue Jays de Toronto vont disputer deux matchs préparatoires au Stade olympique de Montréal. Michel Labrecque, président-directeur général de la Régie des installations olympiques (RIO), affirme que «le Stade n’est pas si pourri pour le baseball majeur». 

 

«Si les promoteurs disent que le Stade est bien, qu’on a investi de l’argent depuis six ans, ils jouent un peu contre leur besoin d’un stade au centre-ville. Mon opinion est accessoire. Ce sont des promoteurs privés qui veulent développer un projet, ramener une équipe et développer des terrains avec une dimension immobilière… À la RIO, notre travail est de remplacer la toiture et de ramener des activités. Je dois développer le Stade et je n’ai pas besoin de gens qui dénigrent nos équipements. On a fait des améliorations au fil des ans. Ce n’est pas un stade si pourri pour le baseball…»    

Depuis le début de ces rencontres préparatoires des Blue Jays au stade de l'avenue Pierre-De Coubertin, la RIO a investi près de 5 millions $. Certains des aménagements effectués s'inscrivaient toutefois dans le cadre du plan d'immobilisation du Stade olympique, qui prévoit des améliorations de 220 millions $ sur 11 ans.

Chose certaine, l'expérimenté promoteur de spectacles et d'événements, evenko, estime que le Stade olympique est adéquat pour présenter deux matchs des Blue Jays.  

Si l’on tient compte de ces améliorations apportées progressivement au Stade, ce dernier pourrait d'ailleurs accueillir une équipe de la Ligue majeure de baseball, sans problème. C'est du moins l'avis du PDG de la Régie des installations olympiques.

Peu importe la résurrection des Expos, et le lieu où l'équipe serait éventuellement domiciliée, le Stade poursuit sa mission d'accueillir une variété d'activités durant l'année. 

«Le Stade olympique accueille entre 125 et 175 événements divers par année. On pourrait passer à 250 jours d’occupation annuellement. La subvention gouvernementale de fonctionnement est bon an mal an de 16 millions $ par an. Cela dit, il y a 23 millions qui proviennent des revenus autonomes : stationnements, billetteries, produits dérivés, concessions alimentaires, locations du Stade. Sur un budget de 43 millions $, seulement 16 millions proviennent du gouvernement. Le reste est assumé par les revenus autonomes. À mon avis, on peut accroître les revenus autonomes et une diminution de la subvention. N’oublions pas qu’il y a des retombées financières (environ 60 millions $ annuellement) directes pour les commerçants montréalais.»

Le Parc olympique vaut 4 milliards $, selon M. Labrecque.   

Les deux rencontres Blue Jays-Brewers seront présentées au réseau Cogeco Média, lundi et mardi. 

En direct de 00:00 à 03:00
2085
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.