• Accueil
  • Jeux du Québec: le tennis de table, la passion de Guylaine Bélanger

Jeux du Québec: le tennis de table, la passion de Guylaine Bélanger

Jeux du Québec: le tennis de table, la passion de Guylaine BélangerPhoto Délégation Est-du-Québec

Avec pas moins de 1 800 citoyens, le village de Saint-Fabien figure parmi les plus grandes sources de joueurs de tennis de table pour l’Est-du-Québec. L’entraîneure Guylaine Bélanger est une des raisons qui explique que cette municipalité du Bas-Saint-Laurent connaît autant de succès.

La médaillée d’argent des Jeux du Canada de 1983 et entraîneure à l’édition de 2011 est aux premières loges du développement sportif de sa discipline depuis près de 45 ans. Une bonne structure et un bon encadrement sont la clé du succès.

« Dans notre petit village, je pense que c’est le sport le plus accessible parce que ce n’est pas dispendieux. Étant enseignante à Saint-Fabien, je transmets cette passion aux jeunes de mon école étant donné que nous avons toutes les infrastructures nécessaires pour qu’ils jouent. J’ai poursuivi les traces de M. Yves Lévesque, le directeur d’école qui m’a initié à ce sport quand j’étais jeune. Ma passion ne m’a jamais quitté. »

Au fil des ans, l’Est-du-Québec a toujours été fièrement représenté aux Jeux du Québec dans ce sport. D’ailleurs, les joueurs de la région sont déjà en préparation pour la Finale de 2021.

« Notre région a toujours eu une équipe complète à chaque Finale, et ce, malgré le fait que nous sommes tous des entraîneurs bénévoles. J’ai fait quatre Finales en tant qu’athlète, trois en tennis de table et une en tennis. Je n’ai pas poursuivi cette dernière discipline parce qu’il n’y avait pas d’infrastructure de tennis intérieur à Saint-Fabien et Rimouski. J’en suis à mes huitièmes Jeux comme entraîneure », a dit Mme Bélanger, qui a participé à ses premiers comme athlète en 1975, à Rimouski.

De mère en fils

Il n’y a pas que Mme Bélanger qui adore le tennis de table dans sa famille. Ses deux fils ont aussi pratiqué ce sport à un très haut calibre de compétition. Mathieu a d’ailleurs été porte-drapeau de sa région pour les Jeux du Québec de 2009.

De son côté, Pierre-Luc a joué à l’international et a notamment remporté le bronze aux Jeux panaméricains de Toronto en 2015. Il a pris sa retraite à 22 ans lorsqu’il a dû faire son deuil du rêve olympique après avoir manqué les Jeux de Rio 2016 de peu.

« Je devais prendre ma retraite en même temps que Pierre-Luc, mais ma passion était encore très forte et j’avais toujours des jeunes qui s’entraînaient très fort. Je veux leur donner la chance d’atteindre les Jeux du Québec. En 2021, c’est à Rivière-du-Loup, alors je n’ai presque pas le choix de continuer », a-t-elle ajouté en riant.

Selon elle, le sport est plus qu’une activité physique, mais une école de vie.

« Ils apprennent beaucoup de choses en dehors du sport en tant que tel. Nous avions une équipe incomplète en septembre et j’ai recruté deux jeunes filles pour cette Finale. Je leur ai dit qu’elles ne regretteraient pas leur passage aux Jeux du Québec. Je veux continuer de faire vivre aux jeunes ces belles expériences de vie », a conclu Guylaine Bélanger.

En direct de 12:00 à 15:00
1970
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.