• Accueil
  • «Plekanec m’a donné un conseil que je n’oublierai jamais!»
98.5 Sports

«Plekanec m’a donné un conseil que je n’oublierai jamais!»

«Plekanec m’a donné un conseil que je n’oublierai jamais!»
Alex Galchenyuk (AP Photo)

C’est un Alex Galchenyuk souriant qui s’est présenté devant les médias mercredi matin à l’Hôtel le Ritz. Malgré un début de saison difficile, les Coyotes se replacent et se retrouvent présentement à deux points d’une place en séries.

Galchenyuk a eu son mot à dire dans ce revirement de situation : il a récolté sept points dans les huit derniers matchs de son club.

Malgré plusieurs blessures, les Coyotes maintiennent le cap ayant gagné six de leurs huit derniers matchs.

 

«On joue vraiment du bon hockey récemment malgré certaines absences. Ça fait de moi un gars heureux en Arizona. C’est un bon nouveau départ pour moi. C’est une très bonne séquence que nous vivons présentement»  

Galchenyuk a commencé l’année sur la liste des blessés et a dû s’absenter pendant plusieurs matchs. C’était une situation difficile à accepter, car il désirait tant prouver qu’il était un bon joueur à la suite de cette transaction qui a amené Max Domi à Montréal. Il a depuis récolté 25 points en 39 matchs.

Mais c’est plutôt de ses années passées à Montréal que les journalistes voulaient lui parler, puisque mercredi soir, il jouera pour la première fois au Centre Bell dans son nouvel uniforme. 

«Jouer au Centre Bell, c’est toujours spécial. Je ne garde que de bons souvenirs de mes six années passées ici. Je surveille encore beaucoup le Canadien et même les prouesses de Max Domi. Je consulte beaucoup le site de la LNH pour regarder les faits saillants des matchs et pour observer les statistiques»

«Mais c’est ici que j’ai joué mon premier match, marqué mon premier but. Je me souviens particulièrement de certains buts que j’ai marqués en prolongation, mais aussi de nos matchs éliminatoires»

« Je me souviens d’un match, nous étions 10-0 ou 10-1 en début de saison. Lors de ce match, nous avions obtenu deux avantages numériques de suite dans lequel nous n’avions pas obtenu un seul tir au filet et nous nous sommes fait huer. Je m’en souviendrai toujours. Mais ça démontre la passion des gens d’ici pour le hockey»

Galchenyuk n’a pas d’ennemis à Montréal

«Je garde encore contact avec plusieurs de mes anciens coéquipiers, surtout Brendan Gallagher. Mais sérieusement, je n’arrive pas dans ce match avec l’idée de vouloir faire mal à qui que ce soit, mais peut-être que je donnerai quelques coups à Gallagher juste pour le narguer un peu.»

Jouer en Arizona constitue un défi complètement différent que celui de jouer à Montréal, notamment pour ce qui est du contact avec les médias. Et même s’il n’appréciait pas nécessairement devoir répondre aux médias à tous les jours, Galchenyuk s’est bien prêté au jeu mercredi.

«Ça ne me dérange pas de faire ça ici aujourd’hui avec vous, mais c’est vrai qu’au quotidien ça peut devenir pesant. Je ne m’ennuie pas de me faire demander si je vais jouer à l’aile ou au centre, a-t-il lancé en rigolant. La chose c’est qu’ici, quand tu es un jeune joueur et que tu fais une erreur, tu ne peux pas t’en cacher. C’est partout dans les médias en boucle.»

La sagesse de Plekanec

Galchenyuk se retrouvait, il y a quelques années dans les mêmes chaussures qu’un certain Jesperi Kotkaniemi. Un jeune joueur de talent offensif,  repêché très tôt et ayant accès à la LNH dès l’âge de 18 ans.

«Si j’avais à lui donner un conseil, je lui dirais de se concentrer sur son jeu et de ne pas tout lire ce qui s’écrit. Je me souviens d’un conseil que m’avait donné Tomas Plekanec à l’époque. Il m’avait dit que je n’étais pas aussi bon que ce que les médias disaient, mais que je n’étais pas non plus aussi mauvais qu’ils le stipulaient non-plus. Je crois que c’est une réflexion qui tient toujours la route.»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Les amateurs de sports
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.