• Accueil
  • Avantage numérique : l'analyse de Marc-André Bergeron

Avantage numérique : l'analyse de Marc-André Bergeron

Avantage numérique : l'analyse de Marc-André Bergeron Photo PC

Il y a dix ans, le défenseur Marc-André Bergeron jouait pour le Canadien de Montréal, l’une de ses 13 saisons dans la Ligue nationale de hockey.

S’il n’a joué qu’une saison (2009-2010) à Montréal, le joueur originaire de Trois-Rivières a porté l’uniforme des Oilers, des Islanders, des Ducks, du Wild, du Lightning et des Hurricanes.

Six équipes de la LNH pour 490 matchs au cours desquels il a inscrit 82 buts et récolté 235 points.

Si ce ne sont pas des statistiques qui permettent d’accéder au panthéon de la renommée du hockey, Bergeron avait néanmoins beaucoup de succès en avantage numérique.

« Il y a une statistique tout à fait incroyable avec Marc-André Bergeron : 44 buts en avantage numérique sur ses 82 buts marqués et 124 points récoltés en avantage numérique sur 235 récoltés au cours de sa carrière »

De là à dire que Bergeron était un spécialiste dans son domaine, il y a un pas qu’il est facile de franchir.

« Le sport s’en va dans cette direction. Durant la saison, les équipes en haut de classement ont du succès en avantage numérique, mais on le voit beaucoup plus en séries. »

Dans cette optique, l’ex-joueur s’est prêté à un petit jeu avec l’animateur de Bonsoir les Sportifs, à savoir, noter les différents aspects du jeu de puissance.

Plusieurs s’avèrent importants (des notes de 8 à 9) pour Bergeron, sauf un, auquel il n’a pas donné la note de passage, soit l’importance de placer quelqu’un devant le filet.

« Trois. Si tu mets quelqu’un là, en réalité, tu tombes quatre contre quatre. »

 

Écoutez l’entrevue intégrale…

 

En direct de 15:00 à 18:30
1853
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.