• Accueil
  • Kameron Driscoll: prêt à tout pour pratiquer son sport

Kameron Driscoll: prêt à tout pour pratiquer son sport

Kameron Driscoll: prêt à tout pour pratiquer son sportCarl Rodrigue - JDQ2018

Thetford Mines, 29 juillet 2018 – Si on vous disait que vous deviez vous entraîner à l’extérieur l’hiver alors que vous pratiquez un sport d’été et que vous deviez prendre l’avion pour vos compétitions régionales, seriez-vous prêt à faire les sacrifices?

C’est le cas de Kameron Driscoll, qui participe à la 53e Finale des Jeux du Québec – Thetford 2018 dans la catégorie juvénile masculin au lancer du poids, du marteau et du disque.

Originaire de Saint-Augustin, en Basse-Côte-Nord, le porte-drapeau de la cérémonie d’ouverture n’a pas froid aux yeux. Dans son coin de pays, pratiquer les épreuves de lancer en athlétisme requiert beaucoup de détermination.

«Nous n’avons pas accès à plusieurs installations dont nous avons besoin pour pratiquer l’athlétisme, comme les marteaux ou les cages de protection. C’est le sport le plus accessible pour nous, même si ce n’est pas en notre faveur. Nous avons souvent de la mauvaise température, c’est toujours froid. Même que nous devons lancer à l’extérieur l’hiver dans la neige et la glace, ce qui n’est pas optimal.»

L’adaptation au changement est une des forces de cet athlète de 14 ans, lui qui s’entraîne majoritairement à l’école. «Tu dois t’habituer à ces conditions et t’ajuster à l’environnement quand tu vas en compétition l’été. Nous n’avons pas de club.»

Pour ses compétitions, il n’est pas rare que Kameron prenne l’avion pour s’y rendre, même si celles-ci ont lieu dans la même région que sa ville d’attache. Pour assurer les coûts de transport qui peuvent être dispendieux, le lanceur reçoit des subventions, notamment de l’Unité régionale loisir et sport Côte-Nord.

«Je ne suis pas un amateur du voyagement, mais je dois faire ce qu’il faut si je veux compétitionner. C’est environ quatre voyages en avion par saison. Beaucoup de personnes font des collectes de fonds pour financer nos déplacements. Mes parents m’aident beaucoup et, pour ça, je leur en serai toujours reconnaissant.»

«Pour les Jeux du Québec régionaux, nous sommes arrivés en retard puisqu’il y avait du brouillard à Sept-Îles. L’avion a été retardé et après nous devions prendre l’autobus jusqu’à Baie-Comeau. Il n’y a pas de routes pour se rendre chez moi, juste les bateaux et avions.»

Une médaille d’or au lancer du poids?

À ses premiers Jeux du Québec, le médaillé d'or du lancer du poids au Championnat provincial RSEQ 2016 (benjamin) ainsi que 2017 et 2018 (cadet) vise le podium à son épreuve fétiche.

«Je me suis qualifié directement pour la finale de lundi à mon premier lancer dimanche matin. Ce qui fait de moi un bon athlète, c’est que je travaille toujours fort, je n’abandonne jamais et je m’entraîne dans les pires conditions.»

Samedi, il a fini huitième au marteau. «C’était ma première compétition dans cette épreuve. Je suis fier de mon résultat!» Au lancer du disque, Kameron Driscoll a fini 23e dimanche après-midi.

Les week-ends de Paul Houde
En direct de 07:00 à 11:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.