12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • 15 ans de Puisqu'il faut se lever

15 ans de Puisqu'il faut se lever

Découverte

Découverte est un contenu publicitaire produit par ou pour des annonceurs. Les propos tenus dans ce texte ne sont pas ceux de la station.

15 ans de Puisqu'il faut se lever
98,5 FM / Cogeco Média

Paul Arcand est à la barre de Puisqu’il faut se lever depuis 15 ans. Avec son équipe, il participe au réveil de la métropole, à la fois comme témoin et acteur de l’actualité. Incursion dans l’univers de la plus populaire émission matinale à Montréal. 

«Ce qui me touche, c’est la fidélité des auditeurs. D’autant plus que je réalise que nous parlons aussi à une nouvelle génération.»

Vivre dans la nuit

«À une certaine période de ma vie, je me couchais en même temps que mes enfants. À une autre, on se croisait au moment où je partais travailler, car eux rentraient!», évoque en riant Paul Arcand. C’est que depuis bientôt 30 ans, l’animateur est au lit vers 20h30, pour se réveiller dès 3 heures.

«J’ai deux réveils-matin en backup en cas de panne. Mon premier réflexe est de lire mes courriels et mes textos. Je les lis tous, jure celui qui en reçoit environ 450 chaque jour. Je jette ensuite un coup d’œil aux nouvelles pour évaluer si nous devons rapidement réagir.» Heureusement pour lui, le week-end est synonyme de grasse matinée: «Je me lève vers 5h15!»

Paul Arcand: 15 ans à la barre de Puisqu'il faut se lever

L’arrimage à la station

«J’arrive à la station à 4h15. Je croise alors l’animateur de nuit, Jacques Fabi. Esther Morin (sa fidèle complice aux nouvelles) arrive aussi, on prépare la revue de presse, puis l’équipe de recherchistes se pointe peu de temps après.» Productrice au contenu, Maude-Véronique Cholette chapeaute cette brigade qui assure le lien entre l’animateur, les chroniqueurs et les invités. La réactivité, elle connaît: «Nos carnets de contacts sont très remplis! Quand survient une importante nouvelle de dernière minute, on doit rapidement établir un nouveau plan de match. La machine est très bien rodée. Les nouvelles personnes qui se joignent à l’équipe sont d’abord étourdies par la chorégraphie!»

La chimie des ondes

«Je dis parfois pour rire que nous sommes comme une secte, qui entre au monastère dès 5 heures», évoque Paul Arcand. «À ce chapitre, le travail des collaborateurs est essentiel.» 

Il signale que certains travailleurs de l’ombre sont présents depuis les débuts, comme la recherchiste Lise Lapointe et Richard Marquis, producteur, metteur en ondes et boute-en-train de l’équipe: «Richard est toujours là pour assurer notre bonne humeur avec ses jeux de mots!»

Trois moments forts ?

«Le décès de Jean Lapierre, tant sur le plan professionnel que personnel a été difficile», évoque Paul Arcand. Pour lui, un autre fait marquant est «d’avoir vu l’équipe évoluer, en étant positivement confronté aux idées d’une nouvelle génération. Je pense à Émilie Perreault, Monic Néron, Catherine Brisson ou Pierre-Yves McSween. Je suis content de me sentir encore challengé après 15 ans et ça me rend heureux de donner la chance aux nouveaux, comme j’ai eu la mienne à mes débuts.» Et son troisième moment marquant ? «La crise du verglas. Même si ça remonte à plus loin dans ma carrière, j’ai pu mesurer, comme aujourd’hui d’ailleurs, le pouvoir de la radio. Nous étions le seul point de contact de plusieurs personnes.»

Et la recette du succès ?

Tous les jours en ondes, de 5h30 à 10h00, Paul Arcand et son équipe trônent au sommet des matins radiophoniques au Québec.

«Il n’y a pas de recettes. Mais ce que je sais, c’est qu’on ne peut pas faire semblant d’être faussement fâché ou de bonne humeur. Tu n’as pas besoin de multiplier par dix ta personnalité pour attirer l’attention. Les auditeurs t’adoptent, ou non, puis quand le lien est établi, ça peut durer longtemps. La radio c’est quelque chose qui se construit tranquillement. C’est un média d’habitudes.»

Depuis 15 ans à l’antenne du 98,5, l’histoire de Puisqu’il faut se lever le démontre amplement.

 

En direct de 03:00 à 07:00
1309
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.