• Accueil
  • Il y aura des décès prématurés
Cancers et délestage au Québec

Il y aura des décès prématurés

Il y aura des décès prématurés
Femme atteinte d'un cancer
Getty Images Plus/Ridofranz
0:00
8:37
0:00
9:37

La directrice générale de la Coalition Priorité Cancer au Québec, Eva Villalba, trouve inacceptable que des personnes atteintes de cancer ne puissent pas recevoir les soins appropriés en raison du délestage qui s’effectue dans les hôpitaux de la province. 

En raison du nombre très élevé de patients actuellement hospitalisés avec la COVID-19, le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) a enclenché le niveau 4 de délestage afin de libérer encore plus de lits et de personnel.

Ce palier 4 permet de reporter jusqu'à 80 % des opérations, en ne gardant que celles qui sont urgentes. 

Il est aussi possible de repousser des rendez-vous de gens atteints de cancer.  

Le visage du délestage

C’est ce qui est arrivé à Marilou Gougeon.

À 44 ans, elle est atteinte d’un cancer du col de l’utérus et son rendez-vous de janvier pour un examen d’imagerie médicale a été reporté en février, si la situation ne se détériore pas plus. 

En plus du risque que la maladie s’aggrave en raison de ces reports, il y a aussi la souffrance psychologique qui les accompagne. 

«En oncologie, chaque semaine peut faire une différence pour la survie. C’est sûr que ça amène de l’anxiété et de l’angoisse. Ce n’est pas seulement l’attente qui impacte les gens atteints de maladies graves. Au cours des deux dernières années, je me suis privée beaucoup plus que les gens au niveau du respect des mesures sanitaires. Le délestage amène non seulement du stress, mais aussi de l’isolement»

«Je pense qu’on a un effort collectif à faire. Ce ne sont pas seulement les personnes âgées qui sont à risque avec la COVID-19»

Décès prématurés à cause du délestage?

«On peut dire ça parce qu’ailleurs dans le monde, on a déjà commencé à mesurer un taux de surmortalité – les personnes qui ne décèdent pas de la COVID, mais qui décèdent des conséquences de la COVID. Les effets collatéraux. C’est de 20 à 30% dans d’autres pays. Ici au Québec, on ne les a pas mesurés encore. Mais lors du premier délestage, le ministère de la Santé a mesuré qu’il y avait plus de 4000 cas de patients de cancer qui avaient magiquement disparu. Ils ne sont pas disparus, on ne les a tout simplement pas dépistés ou diagnostiqués à temps. Les cliniciens nous disent qu’ils voient de plus en plus de cas avancés de cancer. Oui, on va en perdre à cause de ce délestage et c’est inacceptable que ça arrive une deuxième fois. On est extrêmement inquiet»

La situation est d'autant plus inquiétante que le MSSS sait déjà que le niveau 4 de délestage ne sera pas suffisant pour soigner tous les patients atteints de la COVID-19.

On parle même d’une possibilité de délestage de niveau 5, du jamais-vu au Québec.

Musique
En direct de 03:00 à 07:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.