• Accueil
  • Et si une pilule pouvait finalement permettre de venir à bout de certains cancers?

Et si une pilule pouvait finalement permettre de venir à bout de certains cancers?

Et si une pilule pouvait finalement permettre de venir à bout de certains cancers?
Photo: Ruslanshug / iStock / Getty Images

Des chercheurs de l'Université de l'Alberta travaillant sur le développement d’un médicament contre le cancer, le PCLX 001, pourront entamer des études cliniques le printemps prochain auprès de candidats du CHUM.

La pilule anti-cancer élaborée par l’équipe du chercheur Luc Berthiaume n'attaquerait pas les cellules saines du corps, mais seulement les cellules cancéreuses.

Jusqu’à présent, le docteur Berthiaume soulignait lundi à Bernard Drainville que des études menées auprès d’animaux ont permis des résultats très significatifs dans le traitement des cancers du sang. Des tumeurs auraient d’ailleurs été éliminées en quelques jours seulement.

Les recherches seraient aussi très prometteuses dans les cas des cancers des poumons, du sein et aussi du côlon.

Cette étude très prometteuse sera lancée auprès de patients volontaires qui seront choisis selon des critères précis.

Les résultats des études pourraient être connus d’ici aussi peu que deux ans dans le cas des gens atteints de lymphomes et de cancer du sang.

«On devrait avoir des résultats en étude clinique d’ici six mois à un an. Et ensuite, une autre année de bureaucratie et de marchandage permettra d’entrevoir des résultats d’ici deux ans.»

Le chercheur estime qu’il n’est pas impossible que son médicament puisse aider la recherche dans d’autres types de cancers, advenant que les résultats des études à venir soient positifs.

L'essai clinique débutera au printemps 2022 à Montréal. Les personnes intéressées sont invitées à discuter avec leur oncologue.

Fabi la nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.