• Accueil
  • «On est rendu là à cause de la vaccination»
Levée de l’urgence sanitaire en 2022

«On est rendu là à cause de la vaccination»

«On est rendu là à cause de la vaccination»
Getty Images/Moment/ Kmatta

À L’effet Normandeau, Nathalie Normandeau a questionné ses invités experts quant à la pertinence de lever l’urgence sanitaire au Québec en début de 2022.

Lors de son discours inaugural, mardi à l’Assemblée nationale, François Legault a annoncé que l’état d’urgence sanitaire, décrété au début de la pandémie de coronavirus, serait levé au début de 2022 quand les enfants de 5 à 11 ans seront vaccinés. 

«Là, il faut voir ce qu’on a le droit de faire et qu’est-ce qu’on a besoin de faire une fois que les enfants de 5 à 11 ans vont être vaccinés. On pense qu’on va être capable d’enlever la majeure partie des consignes, mais c’est possible aussi qu’il faille garder certaines consignes. Et si c’est le cas, on ferait ça par projet de loi»  

Bonne nouvelle?

Selon les trois experts interviewés par Nathalie Normandeau, le Québec est prêt à passer à cette étape au début de l'an prochain.

«Ça ne veut pas dire qu’il n’y aura plus de virus après. Mais ça va être un peu comme le virus de la grippe, ça va faire partie du paysage. Mais étant donné qu’il y aura beaucoup de gens protégés, avec notamment une troisième dose de vaccin aux personnes plus vulnérables, ça serait très surprenant de tomber sur une cinquième vague plus mortelle qui fait en sorte qu’on manque d’oxygène et de respirateurs dans les hôpitaux, et ce, même sans confiner les gens. C’est sûr qu’il faut toujours garder en tête la possibilité de nouveaux variants, mais les chances sont très minces et on le verrait venir plusieurs mois d’avance dans d’autres pays»

«Malgré la fin de l’urgence sanitaire, les mesures sanitaires risquent de faire partie de notre environnement. Ça se peut qu’à un endroit précis, il y ait une éclosion et qu’on demande de remettre le masque dans les endroits publics et transports en commun. Je pense que ça va devenir une nouvelle normalité»

«C’est sûr que d’avoir l’urgence sanitaire, ça crée un débalancement démocratique. Donc, il faut viser à remettre les choses en place. Et il faut avoir une situation stable et prédictible et on semble s’approcher de ça»

«On est rendu là à cause de la vaccination, parce que les gens se sont fait vacciner massivement. On est rendu à 90% des gens éligibles à recevoir la vaccination qui ont reçu leur première dose et à 86% qui ont reçu deux doses. Et si la vaccination est accessible aux jeunes, notre fameuse immunité collective, on l’aura et on sera en mesure de baisser un peu les bras. Pas enlever toutes les mesures, mais enlever la plupart des mesures contraignantes»

Quart de nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.