• Accueil
  • Heures supplémentaires obligatoires chez les infirmières | «Ils font du chantage et des menaces en citant le code de déontologie»

Heures supplémentaires obligatoires chez les infirmières | «Ils font du chantage et des menaces en citant le code de déontologie»

Heures supplémentaires obligatoires chez les infirmières | «Ils font du chantage et des menaces en citant le code de déontologie»Getty Images
Les infirmières sont épuisées: le point sur le temps supplémentaire obligatoire.

8:00

Il y a très peu de Québécois qui accepteraient que leur employeur les oblige à faire des heures supplémentaires à longueur d’année. C’est pourtant le quotidien des 80 500 infirmières au Québec. 

Qu’elles travaillent en CHSLD ou en milieux hospitaliers, les infirmières du Québec sont toutes confrontées au «TSO», le temps supplémentaire obligatoire. 

Lorsqu’un gestionnaire manque de personnel, ce qui arrive pratiquement sur une base quotidienne dans le réseau de santé au Québec, il oblige les infirmières en place à faire des heures supplémentaires, parfois même un quart additionnel.  

Et les infirmières ont très peu de recours, même si elles ont de bonnes raisons pour le refuser: fatigue, enfants à s'occuper, autres responsabilités. 

En entrevue avec Jean-Luc Mongrain, l'infirmière Sarah (nom fictif) et Luc Mathieu, président de l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec, ont témoigné des pressions qui sont mises sur eux. 

«Le temps supplémentaire obligatoire, ce n’est pas dans la convention. Administrativement, le TSO a été inventé par l’employeur. Ils font du chantage et des menaces en citant le code de déontologie. Il y a un article du code qui dit qu’une infirmière n’a pas le droit d’abandonner un patient sans soins»

«Il y a des infirmières qui sont monoparentales. Mais même si tu ne l’es pas, ça prend un soutien pour aller chercher tes enfants»

«Un employeur ne peut pas invoquer le code déontologique pour obliger les infirmières à faire du TSO. L’infirmière est la seule personne qui peut juger si elle est apte à exercer ou non dans le cadre d’un TSO. Le TSO devrait être une mesure d’exception. Et là, c’est devenu systémique. Il y a 80 500 infirmières au Québec, il n’y en a jamais eu autant» 

Fabi la nuit
En direct de 00:00 à 03:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.