• Accueil
  • Obésité | Denis Coderre témoigne de son combat pour réduire son surplus de poids

Obésité | Denis Coderre témoigne de son combat pour réduire son surplus de poids

Obésité | Denis Coderre témoigne de son combat pour réduire son surplus de poidsPhoto tirée de Facebook
Est-ce que l'obésité est une maladie? Denis Coderre est avec nous.

30:08

L’Association médicale canadienne estime que l’obésité est une maladie chronique complexe.    

Les nouvelles lignes directrices de l’Association médicale canadienne demandent que l'obésité soit reconnue comme une maladie complexe qui nécessite une approche médicale multidisciplinaire.

Selon ces experts, les médecins qui traitent l'obésité doivent cesser de se concentrer sur la perte de poids et doivent plutôt s'attaquer au diabète, aux taux de lipides sanguins et à l'hypertension. 

En entrevue avec Jean-Luc Mongrain, l’endocrinologue, Dr Dominique Garrel, a souligné que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a depuis longtemps adopté cette position, mais que les gouvernements ne l’ont pas encore mise en application. 

«Puisque c’est une maladie, il faut la soigner. Il faut que dans notre système de santé publique, les gouvernements assument les frais de ces traitements. Or, aujourd’hui, les gouvernements n’assument aucuns frais du traitement médical de l’obésité. Zéro. Ils n’assument aucun changement d’habitude de vie guidé par des équipes multi, qui est la recommandation des experts. Ils n’assument aucuns frais des médicaments et il y en a qui sont extrêmement efficaces. Bref, il y a une révolution à faire»    

«Ali Nestor m’a sauvé la vie»

Au micro de Jean-Luc Mongrain, Denis Coderre a partagé ses constats face à ses problèmes de surpoids, lui qui a perdu plus de 100 livres au cours de la dernière année. 

«J’ai toujours dit à la blague qu’au cours de ma vie, j’ai perdu au moins 800 livres. Est-ce que c’est une maladie ou un désordre? Une chose est certaine, c’est que ce n’est pas seulement physique. Ce n’est pas juste un problème de glande ou un problème génétique. Il y a une dimension mentale aussi. Quand on dit qu’on mange ses émotions… quand on a de la difficulté à prendre une certaine pression, souvent on mange»

«À un moment donné, tu te regardes dans le miroir et tu ne t’aimes pas. Tu n’aimes pas l’image que tu projettes. Il y a un cheminement personnel que tu dois faire. C’est une vigilance de tout instant» 

«Moi, Ali Nestor, des Princes de la rue, qui a un gymnase m’a sauvé la vie. C’était comme un coach de vie»  

En direct de 03:00 à 04:30
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.