• Accueil
  • COVID-19 dans les camps de jour | «C'était prévisible, on s'y attendait» - Marie-Claude Roy, pédiatre

COVID-19 dans les camps de jour | «C'était prévisible, on s'y attendait» - Marie-Claude Roy, pédiatre

COVID-19 dans les camps de jour | «C'était prévisible, on s'y attendait» - Marie-Claude Roy, pédiatreGetty Images
Éclosion de covid-19 dans un camp de jour de Boucherville: quelles sont les mesures sanitaires appliquées pour réduire le plus possible la propagation du virus?

6:08

Éclosion de covid-19 dans un camp de jour de Boucherville: quelles sont les mesures sanitaires appliquées pour réduire le plus possible la propagation du virus?

Anne-Frédérique Morin, directrice générale adjointe de l’Association des camps du Québec  

Détails

Une éclosion de coronavirus est survenue dans un camp de jour à Boucherville, en Montérégie, au terme de laquelle 27 enfants et membres du personnel ont été infectés.

Les éclosions auraient commencé le 20 juillet au camp Charlot l’escargot. Le camp est présentement fermé.

Marie-Claude Lavallée discute de la situation avec deux intervenants du milieu : Anne-Frédérique Morin, directrice-générale adjointe de l’Association des camps du Québec et la docteure Marie-Claude Roy, pédiatre au Centre Hospitalier Universitaire (CHU) de Sherbrooke.

« On savait dans quoi on s’embarquait quand on a décidé d’ouvrir les camps au Québec. Il n’y avait pas de risque zéro », souligne d’entrée Anne-Frédérique Morin.

« Oui, c’est une grosse éclosion. C’est beaucoup de cas. Par contre, c’est la seule grosse éclosion. Jusqu’à maintenant, on avait eu des camps de jour où l’on retrouvait peut-être d’un à trois cas. L’été est quand même assez avancé. »

Éclosion dans les camps de jour: doit-on s'inquiéter pour la rentrée scolaire?

5:53

Éclosion dans les camps de jour: doit-on s'inquiéter pour la rentrée scolaire?

Dre Marie-Claude Roy, pédiatre CHU Sherbrooke

Détails

Pour sa part, la docteure Marie-Claude Roy n’est guère surprise d’une telle éclosion dans les camps de jour.

« C’était prévisible, dit-elle. On s’y attendait. On s’y attend aussi pour la rentrée.

« Depuis le printemps, avec l’ouverture des garderies, des écoles à l’extérieur du Grand Montréal et maintenant avec les camps de jour, c'était inévitable. C’était normal qu’il y ait des éclosions : des petites, des plus grandes. »

« On s’y attend pour la rentrée, mais je ne pense pas qu’on doive être inquiet outre mesure du fait qu’il y ait des éclosions. »

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.