12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Vaccination d'un enfant: «Son meilleur intérêt prime» -Me Sylvie Schirm

Vaccination d'un enfant: «Son meilleur intérêt prime» -Me Sylvie Schirm

Vaccination d'un enfant: «Son meilleur intérêt prime» -Me Sylvie SchirmPhoto: Nastco / iStock / Getty Images

Parfois, deux parents séparés ne s’entendent pas sur la vaccination de leurs enfants. Dans un cas bien précis, un jeune non vacciné a attrapé une sévère coqueluche en septembre. Entrevue avec Me Sylvie Schirm, avocate en droit de la famille.

La journaliste Ariane Lacoursière raconte, dans un article paru dans La Presse, l'histoire d’une mésentente ayant eu lieu entre le Montréalais Éric Côté et son ex-conjointe à propos de la vaccination de leur enfant.

Cette crainte des vaccins a été souvent traitée par les médias au fil du temps. Cela dit, elle a pris de l’ampleur au cours des dernières années.

Me Schirm a expliqué à Paul Arcand, vendredi, qu’un tel litige peut être amené devant les tribunaux.

«Le juge doit toujours évaluer l’affaire dans le meilleur intérêt de l’enfant. Les parents, normalement, doivent s’entendre sur la santé et l’éducation de l’enfant. Sinon, la Cour doit trancher. C’est aussi le cas pour l’utilisation du Ritalin. C'est du cas par cas. Il y a une recrudescence de ce type de jugement au Québec.»

Le juge se base donc sur les preuves exposées pour rendre leurs décisions.

L’âge de consentement des enfants pour la vaccination est de 14 ans. 

En direct de 20:30 à 00:00
2203
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.