• Accueil
  • Aide médicale à mourir : «Il n’y a personne qui fait de l’obstruction»

Aide médicale à mourir : «Il n’y a personne qui fait de l’obstruction»

Aide médicale à mourir : «Il n’y a personne qui fait de l’obstruction»GORODENKOFF / ISTOCK / GETTY IMAGES
Mourir dans la dignité: est-ce que les maisons de soins palliatifs en font assez?

8:34

En entrevue avec Bernard Drainville lundi, le vice-président de l’Alliance des Maisons de soins palliatifs du Québec, Dr Alain-Philippe Lemieux, s’est défendu de faire de l’obstruction dans l’application de la loi sur les soins de fin de vie.

Vendredi dernier, Dr Pierre Viens n’a pas été tendre à l’égard de l’Alliance des Maisons de soins palliatifs du Québec. Selon lui, de nombreuses maisons de soins palliatifs au Québec font preuve de bornage quant à l’application de l’aide médicale à mourir.   

 

«Quand on regarde ça objectivement, l’aide médicale à mourir, c’est dans la continuité des soins palliatifs qui n’ont pas été capables de soulager le patient pour quasiment l’obliger en arriver à cette extrémité-là. C’est dans la logique des soins palliatifs, ce que n’a jamais accepté l’Association des soins palliatifs, ce que n’ont jamais accepté les maisons de soins palliatifs. Ils ont défini dès le début comme l’aide médicale à mourir comme n’étant pas un soin de santé»

«J’ai travaillé pendant 25 ans à la Maison Michel-Sarrazin et c’est la maison qui est la plus virulemment contre. Il n’y aucune raison pour laquelle les 28 des 35 maisons de soins palliatifs refusent toujours de façon bornée de donner l’aide médicale à mourir»

Réplique de l’Alliance

Au micro de Bernard Drainville lundi, le vice-président de l’Alliance des Maisons de soins palliatifs du Québec, Dr Alain-Philippe Lemieux, s’est défendu de faire de l’obstruction.

 

«On côtoie des gens qui veulent vivre jusqu’au bout, dans la très grande majorité des cas. On est imprégné de ce désir de leur donner les meilleurs soins palliatifs»

Actuellement, la maison de soins palliatifs Michel-Sarrazin n’offre pas l’aide médicale à mourir. Mais le directeur général se défend en rappelant que cette loi n’est vieille que de quatre ans et que la Maison est en période de réflexion.  

«Il n’y a personne qui fait de l’obstruction au niveau des maisons»

En direct de 05:30 à 10:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.