12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • Santé mentale et toxicomanie : de plus en plus de patients se retrouvent en prison

Santé mentale et toxicomanie : de plus en plus de patients se retrouvent en prison

Santé mentale et toxicomanie : de plus en plus de patients se retrouvent en prisonGetty Images/Thn Phl Pelng Phiw / EyeEm

Au micro de Dan Bigras mercredi, Benoit Côté, du Programme d’encadrement clinique et d’hébergement (PECH), a dénoncé le fait que de plus en plus de patients aux prises avec des problèmes de santé mentale et de toxicomanie se retrouvent en prison pour recevoir des soins adéquats.

Selon le directeur général de PECH, le nombre de personnes judiciarisées aux prises avec un trouble de santé mentale et un problème de toxicomanie est six fois plus élevé en 2019 qu’en 2009 au Québec.

«Malheureusement, la prison est devenue un lieu de prise en charge des gens qui ont des problématiques multiples, alors que c’est probablement le pire endroit pour se retrouver quand on vit ces problématiques»

«Pour moi, la maladie mentale va toujours rester l’ultime expression de la souffrance. C’est complexe. Et la dernière place pour soigner ça, c’est la prison. Ils font des allers-retours entre la prison et la rue»

«Le passage en prison est l’une des expériences les plus traumatisantes pour les gens qui sont allés avec des problèmes de santé mentale. L’éléphant dans la pièce, c’est la toxicomanie. Les psychiatres ont très peur d’intervenir quand il y a des problématiques croisées de santé mentale, de judiciarisation et de toxicomanie. On laisse aux établissements de détention le soin de prendre en charge des gens que le réseau de santé ne veut pas»

En direct de 11:00 à 18:00
713
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.