• Accueil
  • «Un film d’horreur ça finit un jour, mais cet enfant va être marqué pour le restant de ses jours» - Dan Bigras

«Un film d’horreur ça finit un jour, mais cet enfant va être marqué pour le restant de ses jours» - Dan Bigras

«Un film d’horreur ça finit un jour, mais cet enfant va être marqué pour le restant de ses jours» - Dan BigrasGetty Images/E+/ Imgorthand

Un autiste de 6 ans a vécu des mois d’enfer, alors qu’il était sous la protection de la DPJ en Montérégie.

C’est le journaliste Philippe Teisceira-Lessard qui rapporte cette horrible histoire dans La Presse, mercredi.

Pendant quatre longs mois, un autiste de 6 ans a été battu à répétition, alors qu’il vivait dans un foyer de groupe qui n’accueillait que des adolescents éprouvant de sévères troubles de comportements. Pendant son séjour dans cette ressource de la DPJ, il a été frappé au visage et au ventre, mordu, griffé et étranglé.

 

«Le jeune autiste de 6 ans est devenu le souffre-douleur des ados de juin à octobre 2018, moment où il a été sorti de là d’urgence»  

Pourtant les parents biologiques avaient soulevé des inquiétudes lorsqu’ils sont allés visiter leur fils à ce foyer de groupe, peu de temps après son arrivée.

«La juge a dit non seulement, ils ont été rabroués et leur plainte rejetée, mais en plus, la DPJ leur a dit qu’ils nuisaient au développement de leur fils en se plaignant de la sorte»

«La différence entre ça et un film d’horreur, c’est qu’un film d’horreur ça finit un jour, mais cet enfant va être marqué pour le restant de ses jours»

Deux intervenants avaient également dénoncé la violence faite à ce petit garçon. Mais en vain.

En direct de 11:00 à 18:00
1334
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.