• Accueil
  • Surmédicalisation: «C'est insensé de prendre tout ça!» - Dre Cara Tannenbaum

Surmédicalisation: «C'est insensé de prendre tout ça!» - Dre Cara Tannenbaum

Surmédicalisation: «C'est insensé de prendre tout ça!» - Dre Cara TannenbaumClassen Rafael / EyeEm / Getty Images

En 2019, certaines personnes consomment entre 10 et 20 pilules par jours. À force de vouloir se soigner, sommes-nous en train de nous rendre malades?

Au micro d’Isabelle Maréchal, Denis Fortier, physiothérapeute et auteur du livre «C’est normal, à votre âge» et Dre Cara Tanennbaum, gériatre et directrice du Réseau canadien pour la déprescription ont répondu à la question.

«Ce n’est pas parce qu’on en prend plus, qu’on est mieux traité. Un médicament est parfois indispensable. Par contre, est-ce qu’on peut aussi dire que parfois ne pas donner de médicament est la meilleure thérapie?»

Selon le physiothérapeute, la prise de certains médicaments peut occasionner d’autres problèmes. 

«Les opioïdes en 2017 ont tué 4000 personnes, c’est plus que les accidents de voiture, les noyades, les morts par empoisonnement, tout ça réunit ensemble. En 2017, plus de 13% des Canadiens en ont pris sans même savoir les effets négatifs»

Dre Cara Tanennbaum précise que ce n’est pas le fait de prendre des médicaments qui est mauvais en soi, mais bien de continuer d'en prendre pendant de longues périodes de temps sans savoir si c’est encore nécessaire et bénéfique pour la santé. 

«Étant médecin, je vois beaucoup de patients qui arrivent à mon bureau qui prenaient 10, 15 ou même 20 pilules par jour. C'est insensé de prendre tout ça! Il y a des interactions entre les médicaments, il y a des effets secondaires que les gens ne sont pas au courant. Des problèmes de mémoire, la diminution de la concentration. Les médicaments peuvent aider, mais ils peuvent également faire du tort.»

2003
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.