• Accueil
  • Aide médicale à mourir : «J’ai simplement enlevé la souffrance de façon efficace et douce»

Aide médicale à mourir : «J’ai simplement enlevé la souffrance de façon efficace et douce»

Aide médicale à mourir : «J’ai simplement enlevé la souffrance de façon efficace et douce»iStock / Rostislav_Sedlacek

Le docteur Pierre Viens est un médecin de famille qui accompagne les personnes en fin de vie. Il est l’un des rares médecins de Québec à accepter de donner l’aide médicale à mourir à domicile.

Dans un émouvant papier publié mercredi dans le quotidien La Presse, la journaliste Caroline Touzin raconte les dernières heures de Marie-Ève qui à 35 ans, a demandé l’aide médicale à mourir parce qu'elle est atteinte d'une maladie incurable.

À ses côtés, sa famille, ses amis, son chien, mais aussi le Dr Pierre Viens qui a accepté de l’accompagner dans cette ultime phase de vie.

«Quand elle m’a demandé, à 14h, si j’étais prêt à procéder, j’ai commencé par une première injection qui consiste à la plonger dans un sommeil naturel profond. Quand elle commence à ronfler, on ajoute un autre médicament pour approfondir le coma. Une fois qu’elle est arrivée au stade de coma profond, une dernière injection est donnée pour paralyser les muscles de la respiration et le décès survient sans aucune souffrance»

Sérénité et calme

Depuis que l’aide médicale à mourir a été légalisée, le docteur Viens a accompagné 68 personnes qui en avaient fait la demande.  

Et toutes ces expériences ont été d’une grande humanité, vécues dans la sérénité et le calme.

«Après 68 occasions, je suis encore surpris de voir cette sérénité et ce calme. Les patients qui reçoivent l’aide à mourir sont souriants et complètement présents. C’est comme s’ils avaient décidé de partir en vacances pour une longue période de temps et ils invitent des parents et amis à la maison pour leur dire au revoir» 

«Je n’ai jamais tué personne. Tuer, ça veut dire enlever la vie. Il n'y en a plus de vie humaine chez les patients qui sont rendus à cette extrémité de devoir demander à cesser leur vie biologique parce que c’est la souffrance qui a pris toute la place. J’ai simplement enlevé la souffrance de façon efficace et douce. Tous mes patients me disent que c'est une libération et me remercient d'avoir été là pour eux»

2025
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.