• Accueil
  • De plus en plus de pompiers souffrent en silence

De plus en plus de pompiers souffrent en silence

De plus en plus de pompiers souffrent en silence iStock / Matt277

Depuis 2007, en plus de combattre le feu, une majorité de pompiers sont devenus des premiers répondants certifiés. Cette nouvelle responsabilité a amené son lot de souffrance.

C’est la journaliste Marie-Laurence Delainey qui fait état de la nouvelle. Le nombre de pompiers souffrant de stress post-traumatique a presque quadruplé au cours des cinq dernières années à Montréal, selon des données obtenues par Radio-Canada.

En entrevue avec Bernard Drainville, le vice-président de l'Association des pompiers de la métropole, Richard Lafortune, a confirmé cet état de fait.  

 

«Tous les pompiers voient des images traumatisantes ou subissent des situations difficiles comme premiers répondants. On tente de trouver des moyens auprès de l’État pour s’assurer que notre tête oublie ce que nos yeux ont vu. Parler de la détresse humaine, ce n’est pas quelque chose avec lequel on est très à l’aise»   

Sur les 131 000 appels reçus au cours de la dernière année par les pompiers montréalais, 85 000 l’ont été pour des services de premiers répondants.

Les situations d’urgence auxquelles font face ces pompiers peuvent être dramatiques : suicide, accidents graves de la route, personnes âgées en situation de grave négligence, bébés inanimés, etc.

Bien qu’ils soient formés pour répondre à tous les types d’urgence, la charge mentale de ces nouvelles responsabilités peut avoir des effets néfastes sur leur santé.   

«On veut faire reconnaître la blessure de stress opérationnel»

Week-end extra

Week-end extra

avec Mathieu Beaumont

En direct de 07:00 à 11:00
1353
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.