• Accueil
  • Vaccin contre le cancer: la quête d'une équipe québécoise

Vaccin contre le cancer: la quête d'une équipe québécoise

Vaccin contre le cancer: la quête d'une équipe québécoise Photo: site web de l'Institut de recherche en immunologie et en cancérologie de l’Université de Montréal
Le Dr Claude Perreault

Depuis 50 ans, des gens du monde médical travaillent à trouver des outils pour lutter contre le cancer. À cet égard, une équipe de chercheurs de l’Institut de recherche en immunologie et en cancérologie (IRIC) de l’Université de Montréal vient de faire une découverte importante.

L’équipe du chercheur principal, le Dr Claude Perreault, veut démontrer qu’un vaccin peut non seulement donner des résultats, mais pourrait s’avérer une arme efficace, peu invasive et peu coûteuse pour combattre diverses formes de cancer.

Le scientifique de 66 ans a publié, jeudi, dans la revue médicale américaine Science Translational Medicine sa plus récente recherche qui renferme des résultats prometteurs.

Sa découverte constitue une avancée majeure dans la recherche d’un tel vaccin.

Évidemment, plusieurs autres groupes de recherche dans le monde tentent de trouver un tel vaccin les premiers.

Mais contrairement aux autres équipes, celle de l’IRIC a eu l’idée de rechercher la solution dans la portion dite non codante de l’ADN, communément appelée l'ADN poubelle.

Céline Laumont, étudiante au PHD au sein du laboratoire du Dr Claude Perrault à l’IRIC, a expliqué qu'une cellule immunitaire «tueuse» pourrait lutter contre les cellules cancéreuses. 

«On sait que le système immunitaire est essentiel à l’élimination des cellules cancéreuses. Plus il y a de cellules immunitaires dans une tumeur, plus le patient a des chances de survivre. On s’est demandé ce que ces cellules immunitaires reconnaissaient à la surface d’une tumeur. […] On a donc développé une approche qui permet d’identifier des fragments de protéines spécifiques au cancer. Ensuite, on aimerait vacciner ces fragments afin d’alerter le système immunitaire. Une fois éduquée à reconnaître ces fragments cancéreux, la cellule immunitaire lymphocyte T pourra scanner la surface d’une cellule cancéreuse et la tuer, au besoin. De base, cette cellule n’attaque pas ce qui est de notre propre organisme. Dans le cas d’une cellule cancéreuse, il est difficile qu’il existe une menace…»

L’approche de l’équipe est innovante car elle a fouillé dans l’ADN poubelle, c'est-à-dire 98 % de l’ADN restant dans le corps humain.

Notons qu’environ un Canadien sur deux va recevoir dans sa vie un diagnostic de cancer. 

Rock en liberté

Rock en liberté

avec Jeffrey Subranni

En direct de 11:00 à 17:30
1492
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.