• Accueil
  • Bloc québécois: trois propositions pour tenter de dénouer l'impasse

Bloc québécois: trois propositions pour tenter de dénouer l'impasse

Bloc québécois: trois propositions pour tenter de dénouer l'impasse Photo: PC
La cheffe du Bloc québécois, Martine Ouellet

Dans le but de dénouer l'impasse qui secoue le parti, le bureau national du Bloc Québécois et la cheffe Martine Ouellet ont présenté trois propositions, ce matin, à Montréal.

La formation propose d'abord de devancer en avril son prochain conseil général.

Une consultation référendaire serait menée durant ce conseil quant au rôle que doit jouer le Bloc au Canada et au Québec.   

On ignore la question exacte qui sera posée aux militants, mais elle portera sur le rôle premier du Bloc.

Selon Mme Ouellet, c'est un conflit autour de cette question qui est à l'origine de la crise. Les sept députés qui ont claqué la porte, eux, disent plutôt que leur geste est un rejet du leadership de Mme Ouellet.

La femme au centre de la tempête refuse de devancer un vote de confiance prévu en mai 2019. Elle était accompagnée des trois députés qui lui sont encore fidèles, de la vice-présidente du parti et de la présidente du forum jeunesse pour annoncer cette nouvelle stratégie.

Samedi, le bureau national du parti se réunira pour déterminer la question du référendum. Un conseil général se tiendrait à la mi-avril pour entériner la tenue de l'exercice.

 

30 circonscriptions en appui à Martine Ouellet

Para ailleurs, 30 présidents de circonscriptions et de régions du Bloc québécois ont signalé leur appui à la chef de leur parti, Martine Ouellet, dans une lettre transmise à leur Bureau national qui a été rendue publique mercredi soir.

Les cosignataires y lancent également un appel au ralliement au nom de leur projet commun de réaliser la souveraineté du Québec, alors que les sept députés qui ont claqué la porte du Bloc québécois n'excluent pas de former un nouveau parti.

Ils indiquent que la base du mandat confiée à Martine Ouellet lorsque les membres l'ont «élue démocratiquement (...) était et demeure clairement l'affirmation de notre raison d'être: l'indépendance du Québec».

Ces présidents expliquent la crise qui secoue leur parti en observant qu'il avait le vent dans les voiles depuis l'élection de 2015, alors que dix députés ont été élus sous la bannière bloquiste. «Il arrive que l'élan fasse trébucher», résument-ils.

D'autres associations bloquistes auraient fait part de leur appui

D'autres associations appuieraient aussi la cheffe, mais refuseraient de l'annoncer publiquement, a affirmé le porte-parole du Bloc québécois Pierre Tadros dans un courriel transmis à La Presse canadienne.

Le quotidien Le Devoir révélait mardi que les associations de circonscription sont divisées sur un appui à Martine Ouellet. Sept des 15 qui ont pu être jointes ont demandé le départ de la chef ou au minimum que le vote de confiance prévu en 2019 soit devancé.

(Avec La Presse canadienne)

En direct de 17:30 à 21:00
1577
100
LIVECogeco LIVE
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.