• Accueil
  • «Je serais probablement ministre dans le gouvernement Legault»
Si Éric Duhaime essayait de plaire…

«Je serais probablement ministre dans le gouvernement Legault»

«Je serais probablement ministre dans le gouvernement Legault»
PC/Jacques Boissinot

Nathalie Normandeau a accueilli, mardi, à son micro, le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime.

L’animatrice de L’effet Normandeau a lancé une invitation aux cinq chefs de partis au Québec (CAQ, PLQ, QS, PQ, PCQ) avant la fin de la session parlementaire. Tous et toutes ont accepté, sauf le premier ministre du Québec, François Legault.

Au menu, une foule de sujets d’actualité.

Le retrait du masque

« Je l’avais vécu un peu il y a deux ou trois semaines, quand je suis allé à Vegas avec mon chum. C’est là que j’ai vécu ma vraie libération du masque, si on peut dire. Je suis triste que l’on soit les derniers du continent.

« J’aurais souhaité il y a plusieurs mois que l’on abolisse tout ça, mais mieux vaut tard que jamais. J’espère surtout que s’il y a une septième vague, on va avoir appris des six premières et que l’on ne recommence pas encore à jouer dans le scénario catastrophe de l’hiver dernier. »

S’il dit ne pas vouloir absolument revenir sur les effets du masque et l’impact de la pandémie, Éric Duhaime estime que toutes les discussions touchant les réformes de la santé vont en faire partie, implicitement.

« On ne parle pas directement de la COVID, mais on comprend que l’on parle des impacts de sortie de crise sanitaire. Tous les partis, en fait, vont parler de leur plan post-COVID. Parce que, veut, veut pas, ça a été un traumatisme pour tout le monde à tous les niveaux. »

Carapace

Longtemps animateur polémiste, Éric Duhaime admet avoir réussi à se faire une carapace avec les années.

« Ça m’a pris beaucoup d’années à développer cette carapace-là. Juste sur les réseaux sociaux… Les gens n’ont aucun filtre sur les réseaux sociaux. Contrairement à sur la rue, ils n’ont pas de gêne.

« Au début, il y a dix ans, ça m’affectait beaucoup. Les premières fois que tu reçois des menaces de mort, tu capotes. Mais à la longue, tu finis par ne pas les lire… J’ai comme le feeling que ce ne n'est pas de moi qu’ils parlent, parce qu’ils ne me connaissent pas. »

Pas la voie facile

Bien des gens ne sont pas d’accord avec les idées véhiculées par Éric Duhaime, ce qu’il admet. 

« J’ai toujours eu les mêmes idées. Ce n’est pas parce que je suis rendu en politique que j’ai changé. S’il y a une chose dont on ne peut pas m’accuser, c’est de ne pas être authentique.

« Vous n’êtes pas obligés d’être d’accord. Je n’ai jamais demandé à personne d’être d’accord avec moi, mais vous ne pouvez pas me dire que je mens, que j’ai changé ou que j’essaie de plaire. Au contraire. Si j’essayais de plaire, je serais probablement ministre dans le gouvernement de François Legault aujourd’hui. J’ai choisi la voie difficile de la politique. Je suis parti avec un parti de 500 membres à un pour cent dans les sondages. Je n’ai pas choisi la voie des opportunistes. »

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Musique
En ondes jusqu’à 00:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.