• Accueil
  • Un pédiatre déplore l’improvisation du gouvernement
Retour à l’école en présentiel

Un pédiatre déplore l’improvisation du gouvernement

Un pédiatre déplore l’improvisation du gouvernement
Élèves en classe
Getty Images/E+/FatCamera

Les élèves, les parents, les enseignants et les directions d’école attendent avec impatience les directives du gouvernement pour le retour en classe prévu pour le 17 janvier. 

Le gouvernement Legault s’est donné jusqu’à jeudi pour annoncer si le retour en classe aura bel et bien lieu le lundi 17 janvier ou s’il sera reporté et que l’enseignement à distance se poursuivra. 

Où est le plan du gouvernement?

Alors que plusieurs pédiatres se sont prononcés dans une lettre ouverte pour le retour en classe coûte que coûte, Dr Olivier Drouin souhaite plutôt que le gouvernement Legault dépose un plan rigoureux pour assurer une rentrée sécuritaire, autant pour le milieu scolaire que le réseau de la santé.  

«Si on regarde que les enfants en oubliant ce qui se passe dans les hôpitaux, oui, c’est mieux qu’ils retournent à l’école. L’école à la maison et le fait de ne pas être à l’école, ça amène des problèmes académiques, au niveau de la santé mentale et physique. Ce n’est vraiment pas bon pour les enfants de ne pas être à l’école. Et la majorité des enfants s’en sort bien quand ils sont infectés»

«Le problème, c’est le contexte actuel. On est en train de refuser des chirurgies à des patients atteints de cancer. On est obligé de faire des choix extrêmement difficiles. Les soins intensifs débordent. Si on retourne les enfants à l’école, ça nous prend un plan crédible de mitigation de la transmission. Mais malheureusement, je n’ai pas entendu ce plan de la part du gouvernement»

«C'est sûr que le gouvernement ne va pas régler le problème de ventilation des écoles en 4 jours. Mais je comprends encore mal pourquoi cela n'a pas encore été réglé. Ça fait deux ans qu'on est dans la pandémie. Ça fait une grosse année et demie qu'on sait que la ventilation est déficiente dans les écoles et que ça peut contribuer au problème. Pourquoi n'a-t-on pas profité du congé estival pour mettre à jour les systèmes de ventilation et de filtration d'air dans les écoles? Et pour dans 4 jours, c'est plein de petites solutions qui peuvent être mises en place. Si on manque d'inspiration, on a juste à se tourner vers l'Ontario: tests rapides, devancer la 3e dose des profs, accélérer la vaccination des enfants...» 

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Parlons-nous
En ondes jusqu’à 20:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.