• Accueil
  • Québec était aveuglé par l'Italie
Hécatombe dans les CHSLD lors de la 1re vague

Québec était aveuglé par l'Italie

Québec était aveuglé par l'Italie
Mars 2020, en Italie
PC
0:00
12:50
0:00
4:03

Québec était tellement obsédé par le fait de libérer des places dans les hôpitaux, lors de la première vague de la pandémie, qu'il a sous-estimé l'état de vulnérabilité des CHSLD. Le transfert de centaines de patients dans les milieux de vie des personnes âgées a mené à une véritable hécatombe.

Dans son rapport spécial sur la situation dans les CHSLD, déposé mardi à l'Assemblée nationale, la Protectrice du citoyen, Marie Rinfret, affirme que «leurs résidents et résidentes ont été mis de côté au moment de fortifier les remparts contre le virus».

La hantise de l’Italie

Lors de son enquête, la protectrice a recueilli les témoignages de 1355 personnes. Elle en vient à la conclusion que le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) était aveuglé par la situation en Italie où «des personnes se voyaient refuser l'accès aux hôpitaux faute de ressources pour les accueillir».

Au même moment, l'État de Washington et la Colombie-Britannique voyaient des éclosions survenir dans les milieux d'hébergement pour aînés, mais cela n'a pas influencé la stratégie du MSSS, écrit madame Rinfret.

C'est ainsi que les autorités ont décidé, au début du mois de mars 2020, de libérer des milliers de lits dans les hôpitaux, notamment par le transfert de patients vers les CHSLD.

«Cette vision des choses n'a fait que confirmer la place déjà accordée aux centres hospitaliers dans la hiérarchie de moyens », écrit la protectrice. 

La direction générale du MSSS a mis en place, au début du mois de mars, un comité réunissant des experts en santé, mais les CHSLD n'y étaient pas conviés.

«Alors que l'attention du Québec était tournée vers l'Italie, (…) aucune analyse de risques adaptée au modèle d'hébergement québécois et à ses particularités n'a été réalisée. C'est ainsi que les CHSLD n'ont été pris en compte par aucun scénario», déplore Marie Rinfret.

Les CHSLD, les grands oubliés

Au début du mois de mars 2020, le comité directeur clinique s'est basé sur un plan d'urgence en cas de pandémie d'influenza pour élaborer sa stratégie de lutte contre la COVID-19. 

Mais le plan ne contenait pas de mesures particulières pour les CHSLD. 

Il aura fallu attendre à la mi-mars pour qu'un guide d'orientation soit envoyé aux milieux de vie et un mois de plus pour qu'il soit mis en application.

«Ce n'est que le 11 avril, alors que la perte de contrôle en CHSLD acculait le MSSS au pied du mur, qu'ont cessé les nouvelles admissions d'usagers en CHSLD», note la Protectrice du citoyen.

Certains témoins rencontrés par madame Rinfret affirment avoir interpellé les hautes autorités du MSSS et considèrent aujourd'hui qu'ils n'ont pas été entendus.

Des CHSLD mal préparés

Un autre volet du rapport touche l'état de vulnérabilité des CHSLD. «Ces milieux de vie, déjà en sous-effectifs, étaient dépourvus des ressources nécessaires pour accueillir subitement des personnes fragilisées», note la protectrice.

D'autres facteurs ont contribué à la dégradation et à la désorganisation des services, comme «la sous-évaluation par les autorités de la vulnérabilité au virus des résidentes et résidents en CHSLD, ajoute madame Rinfret. 

«Le ministère de la Santé et des Services sociaux n'a pas évalué à sa juste gravité le fait que le personnel était peu familier avec les bonnes pratiques en matière de prévention et de contrôle des infections ».

Résultat, 69 % des personnes décédées lors de la première vague, soit 3901 des 5658 décès, étaient hébergées en CHSLD.

27 recommandations

Suite à ces constats troublants, la Protectrice du citoyen formule 27 recommandations au MSSS.

La première vise à mettre en place une politique d'évaluation et de gestion des risques concernant les milieux d'hébergement et de soins de longue durée.

Elle propose aussi de renforcer la capacité des CHSLD à appliquer les mesures de prévention et de contrôle des infections, un plan provincial de déploiement de main-d'œuvre d'urgence et une meilleure reconnaissance de la contribution des proches aidants.

Et au ministre Christian Dubé, madame Rinfret recommande de suivre les retombées de tous les rapports d'enquête qui lui seront adressés, autant celui de la coroner Géhane Kamel que ceux de la Vérificatrice générale.

Elle propose aussi d'instaurer une journée de commémoration annuelle des victimes de la COVID-19 et des personnes qui ont travaillé auprès d'elles, afin de garder en mémoire ce qu'elles ont traversé dans les CHSLD.

Le Hockey des Canadiens
En direct de 19:00 à 23:00
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.