• Accueil
  • Projet de loi sur le contrôle des armes | «C’était écrit noir sur blanc qu’ils interdiraient toutes les armes d’assaut de style militaire»

Projet de loi sur le contrôle des armes | «C’était écrit noir sur blanc qu’ils interdiraient toutes les armes d’assaut de style militaire»

Projet de loi sur le contrôle des armes | «C’était écrit noir sur blanc qu’ils interdiraient toutes les armes d’assaut de style militaire»
Est-ce que Québec est prêt à prendre le mandat du contrôle des armes de poing?

10:14

Le projet de loi C-21 du gouvernement de Justin Trudeau qui mettrait notamment en place un programme volontaire de rachat des armes d’assaut continue de susciter de vives critiques. 

Le projet de loi est si décevant pour bon nombre d’intervenants que des élus de l’Assemblée nationale ont réclamé unanimement qu’Ottawa délègue le pouvoir d’interdire les armes de poing au gouvernement québécois.

En entrevue avec Patrick Lagacé, Heidi Rathjen, diplomée de Polytechnique et coordonnatrice de PolySeSouvient n’a pas caché sa colère envers les libéraux. 

«Ils n’ont pas respecté leurs promesses de racheter toutes les armes d’assaut qui était la raison pour laquelle nous avions endossé les libéraux lors des dernières élections. Ce projet de loi, c’est un gros cadeau pour le lobby des armes. Ils savent qu’ils ont juste à attendre que les conservateurs soient réélus pour le renverser» 

«C’est là qu’on voit qu’ils sont malhonnêtes. Ils citent l’exemple de l’échec de la Nouvelle-Zélande, mais ils citent des chiffres du lobby des armes néo-zélandais, dont les chiffres ne sont pas crédibles» 

«On n’est pas contre la possession d’armes à feu pour la chasse et le tir sportif. Mais les armes qui sont les armes préférées des tueurs de masse et des criminels, il n’y a pas de place pour ça dans notre société»

«Ça fait 31 ans que les familles exposent leurs plaies et leurs souffrances pour protéger d’autres Canadiens. Si on a lutté pendant toutes ces années, c’est qu’on avait toujours l’espoir qu’on va enfin arriver à avoir un bon contrôle des armes et surtout, interdire les armes d’assaut. C’est comme si on a travaillé pour rien»

Pourquoi ce changement de cap des libéraux?

Selon Luc Ferrandez, les libéraux n’ont pas atténué leur projet de loi pour plaire au lobby des armes.

Le chroniqueur pense plutôt qu’ils peur de se faire accuser d’être racistes.  

«Dans la plateforme électorale des libéraux, c’était écrit noir sur blanc qu’ils interdiraient toutes les armes d’assaut de style militaire avec des moyens musclés. Et là, on apprend que c’est un programme de rachat volontaire pour les armes automatiques et semi-automatiques. Et les propriétaires d’armes pourront les conserver à certaines conditions. C’est surprenant. Et la responsabilité des armes de poing revient aux municipalités. Franchement!»

«Ma dernière théorie qui est extrêmement polémique est la suivante : les libéraux craignent que leurs interventions soient jugées racistes. Quand il y a des coups de feu qui sont tirés par les gangs de rue, ce sont souvent des gens racisés. Donc, on va aller dans les maisons et on va arrêter des gens qui correspondent à ce profil»

Musique
En direct de 03:00 à 07:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.