• Accueil
  • «Pourquoi le programme n’est-il pas obligatoire?»
Projet de loi fédéral pour restreindre l’usage des armes à feu

«Pourquoi le programme n’est-il pas obligatoire?»

«Pourquoi le programme n’est-il pas obligatoire?»

Justin Trudeau a déposé, mardi, son projet de loi pour restreindre davantage l’usage des armes à feu.  

Ce projet de loi permettra notamment aux municipalités d'interdire les armes de poing. 

Rappelons toutefois que la mairesse de Montréal, Valérie Plante, s’était opposée à cette mesure qu'elle estime inefficace. Elle réclame plutôt qu’on interdise ces armes à la grandeur du pays. 

D’autre part, le gouvernement offrira un programme de rachat équitable aux propriétaires d'armes devenues prohibées, soit les armes d’assaut ou de type militaire.

Toutefois, ce programme est facultatif. 

«On s’attend à ce que la plupart des gens qui ont acheté ces armes à feu de façon légale vont se rendre compte que ça ne sert absolument à rien de les garder maintenant et on leur offrira une compensation juste»

Accueil défavorable

En entrevue avec Bernard Drainville, Joel Lightbound a tenté de rassurer la population du bien-fondé du projet de loi de son gouvernement. 

Mais les invités de l’animateur de Drainville PM accueillent défavorablement le projet de loi de M. Trudeau. 

«Pourquoi ce n’est pas obligatoire de remettre notre arme d’assaut de type militaire? Pourquoi le programme n’est-il pas obligatoire?»

«Si les gens qui les ont achetées légalement souhaitent les garder, ils le peuvent. Mais ils ne peuvent pas les utiliser, les transporter, les vendre, les léguer. Ils doivent avoir un permis rehaussé et les enregistrer pour qu’on sache qui les possède et où sont ces armes. Ils doivent payer pour les entreposer chez eux. Il y a beaucoup de contraintes. À toutes fins utiles, légalement, il n’y a plus rien à faire avec ces armes. 

«Le problème, c’est quand tu décides de tuer quelqu’un avec une arme, tu commets un geste illégal. Ce n’est pas l’illégalité de l’arme qui t’empêche de le faire. Il n’y a rien qui va les empêcher de s’en prendre à un voisin ou à des fidèles. Il faut leur retirer les armes si vous voulez vraiment augmenter notre sécurité»

«Depuis 31 ans, on se bat pour obtenir quelque chose de permanent. On est déçus, fatigués, irrités. Je vis ça comme un abandon. C’est bien beau de venir pleurer sur notre épaule à chaque événement, comme le fait notre premier ministre, mais on veut des gestes formels, concrets et permanents. Ça me révolte»

«Si l’arme reste entre les mains des propriétaires des armes qui les ont acquises légalement, ils n’ont aucune raison de les remettre parce que le chef du Parti conservateur a déjà dit qu’il allait renverser ce projet de loi» 

«Et si par malheur ça ne va pas bien, on ne le souhaite à personne, ben on prend nos armes comme en Nouvelle-Écosse et on les utilise. Il n’y a presque rien sur les chargeurs à grande capacité»

«C’est une grande déception. Il y a quelque chose de couard de ne pas aller au bout de sa logique. Personne n’a besoin d’arme d’assaut dans la société. Et je trouve encore plus lâche de pousser dans la cour des municipalités les questions qui concernent des armes de poing. Pourquoi achète-t-on un revolver? Ce n’est pas pour aller à la chasse au chevreuil!»

Le Hockey des Canadiens
En direct de 18:00 à 22:30
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.