• Accueil
  • Pas de barrages routiers | La ministre Guilbault estime qu’il y a assez de mesures dissuasives en place

Pas de barrages routiers | La ministre Guilbault estime qu’il y a assez de mesures dissuasives en place

Pas de barrages routiers | La ministre Guilbault estime qu’il y a assez de mesures dissuasives en placePC
La ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault commente le dossier de Mamadi Camara et l'absence des barrages routiers

15:50

En entrevue avec Paul Arcand, la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a expliqué que la situation actuelle est bien différente de celle de l’an dernier en ce qui concerne la semaine de relâche.

Inquiets que des Québécois en zones rouges s’en aillent faire la fête en zones orange et propagent ainsi le coronavirus dans les six régions partiellement déconfinées, les partis d’opposition réclament la mise en place de mesures de surveillance comme les barrages routiers.

Au micro de Paul Arcand, la ministre de la Sécurité publique et vice-première ministre, Geneviève Guilbault a indiqué qu’elle n’est pas contre l’idée, mais qu’elle n’a pas été recommandée par la santé publique.  

«Si la santé publique le recommandait, on l’évaluerait certainement et fort probablement, oui, on l’accepterait. En général, on suit toutes les recommandations de la santé publique»

«Depuis 1 mois, nos policiers ont donné quelque 7000 constats d’infraction. Ça démontre qu’ils sont très actifs sur le terrain avec le couvre-feu et les suivis de quarantaine. Tout ça s’ajoute à ce qu’ils ont déjà à faire. Malheureusement, la criminalité ne cesse pas pendant la pandémie, au contraire»

De plus, les mesures en place comme le couvre-feu et l’interdiction de rassemblements feront en sorte, selon la ministre, que les Québécois seront plus enclins à demeurer dans leur région pour la relâche, évitant ainsi de propager le virus à des régions moins contaminées. 

«Je veux bien croire que les gens vont se lever de bonne heure pour se garrocher au Lac-Saint-Jean pour profiter d’un restaurant et revenir chez eux à Montréal avant 20 h. Disons que c’est pas mal moins attrayant que ça aurait pu l’être au printemps dernier, alors qu’il n’y avait pas de couvre-feu et d’interdiction de rassemblements. Et les restaurants en zone orange vont devoir tenir un registre avec une preuve d’adresse pour prouver que tu viens de l’endroit où tu vas manger. Cet ensemble de mesures qui fait en sorte que c’est très différent du printemps dernier»

Drainville PM
En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.