• Accueil
  • «C’est un message fort et important» - Jacques Dupuis, ancien ministre de la Sécurité publique
Couvre-feu au Québec?

«C’est un message fort et important» - Jacques Dupuis, ancien ministre de la Sécurité publique

«C’est un message fort et important» - Jacques Dupuis, ancien ministre de la Sécurité publique
Getty Images/Moment/kolderal
0:00
25:05

Voulant éviter le pire, le gouvernement Legault songe à prolonger le confinement total pour une période de trois ou quatre semaines. De plus, il réfléchit également à la possibilité d’imposer un couvre-feu. 

À l’instar de la France, François Legault songe à imposer un couvre-feu aux Québécois, afin de venir à bout de cette deuxième vague de coronavirus qui ne cesse de prendre de l’ampleur.  

Mais le Québec n’est pas aussi familier que son cousin français avec la mesure du couvre-feu. La dernière fois qu’un gouvernement l’a imposé, c’était lors de la crise d’Octobre, en 1970.  

Si une telle mesure est mise en place, les Québécois devront demeurer à l’intérieur de leur domicile à partir de 20 h ou 21 h jusqu’au lendemain matin. Des exceptions seront faites pour les personnes qui exercent un travail essentiel. 

Un message fort

Plusieurs intervenants du 98,5 ont indiqué que cette mesure exceptionnelle envoie un message fort à la population. De plus, elle est relativement facile à gérer pour les policiers.  

«La principale vertu d’un couvre-feu, c’est le message qui est très fort à la population et particulièrement aux récalcitrants. En imposant un couvre-feu, on empêche les gens de circuler librement à partir d’une certaine heure. C’est un message fort et important. On dit aux gens que la situation est tellement sérieuse qu’on vous empêche de sortir de chez vous, à moins, d’avoir une excuse légitime. Et c’est facile à faire respecter» 

«Je crois que ce sera plus facile à appliquer, car les personnes auront à justifier leur présence sur la rue. Quand on impose des restrictions, ça augmente la pression et les tensions dans la société. En imposant un couvre-feu, il y aura encore une augmentation des tensions. Ceux qui sont récalcitrants, ils vont encore tenter de déjouer le système. C’est ça qui fait mal. Ce n’est pas une situation facile pour personne. Le gouvernement n’aura pas le choix d’être plus sévère» 

«Un couvre-feu, c’est ce qui a de plus simple (à gérer) pour les policiers. La personne sur la route devra démontrer que son déplacement est essentiel, elle aura le fardeau de la preuve»

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Puisqu'il faut se lever
En ondes jusqu’à 10:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.