• Accueil
  • Entrevue à cœur ouvert avec François Legault
Pandémie, Insomnie, poids, alcool

Entrevue à cœur ouvert avec François Legault

Entrevue à cœur ouvert avec François Legault
Le premier ministre François Legault
Émilie Nadeau

Le premier ministre François Legault a été omniprésent au cours de l’année 2020 en raison de la pandémie, comme aucun premier ministre du Québec ne l’a jamais été dans l'histoire de la province.

Durant la première vague du coronavirus, son point de presse en début d’après-midi était pratiquement devenu un rituel pour la population du Québec.

Comment l’homme derrière le poste de premier dirigeant du Québec a vécu l'année?

Lors d’une entrevue à cœur ouvert avec Élisabeth Crête, le premier ministre s’est confié de façon candide et généreuse sur une foule de sujets.

Sa première rencontre avec le Dr Horacio Arruda.

«Si je me souviens bien, c’était le 9 mars. C’était la première fois que je rencontrais le Docteur Arruda. J’étais loin de penser que je passerais une partie de l’année avec lui. J’ai passé presque plus de temps avec lui qu’avec mon épouse…»

De nombreux Québécois ont pris du poids durant la pandémie. Qu’en est-il pour François Legault?

«Je m’inclus là-dedans. Moi, je fais de l’élliptique. J’ai un élliptique à la maison, devant la télévision. Donc, je regarde les nouvelles en même temps. Mais j’avoue que quand on a eu une dure journée, on est porté, de temps en temps, à aller manger quelques biscuits…avant que mon épouse ne le dise. C’est mon péché mignon. Donc, il va falloir que je fasse plus d’élliptique durant le temps des Fêtes pour perdre ces livres-là.»

La consommation d’alcool?

«Je me suis donné comme règle que je ne prenais de l’alcool seulement le vendredi soir. Donc, j’ai hâte au vendredi soir... Dès le mardi, mercredi, je commence à me dire : le vendredi s’en vient.

«Tout ça, question de garder toute mon énergie durant le reste de la semaine, mais aussi, question de poids. Je m’en tiens au vendredi soir, mais je vais probablement faire des exceptions durant le temps des Fêtes.»

Les nuits d’insomnie

«Je lis toujours une demi-heure, une heure avant de me coucher. Mais c’est arrivé souvent au mois de mars que c’était trois heures, quatre heures de lecture avant que les yeux me ferment.»

Écoutez l'entrevue avec Élisabeth Crête et Nathalie Normandeau...

Vous aimerez aussi

L’écoute en direct débutera à la suite de ce message publicitaire.
Drainville PM
En ondes jusqu’à 15:00
En direct
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.