• Accueil
  • «Je suis prêt à faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail» - François Legault
Négociations avec les infirmières

«Je suis prêt à faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail» - François Legault

«Je suis prêt à faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail» - François Legault
Photo Émilie Nadeau

Au lendemain des manifestations des infirmières sur les ponts de Montréal et de Québec, le premier ministre du Québec, François Legault, a indiqué qu’il comprenait leur fatigue et leur frustration. 

Lors de son point de presse mardi, le premier ministre Legault a réitéré l’importance de protéger le réseau de la santé en demandant aux Québécois de poursuivre leurs efforts en suivant les consignes sanitaires plus restrictives d’octobre. 

Selon le premier ministre, les efforts investis depuis le début d'octobre par les Québécois ont stabilisé la hausse des nouveaux cas de coronavirus aux alentours de 1000 nouveaux cas par jour. 

Mais le PM est bien conscient que ces mesures plus restrictives des zones rouges sont difficiles à suivre pour les Québécois, qu'elles ont un impact sur la santé mentale. Le gouvernement Legault cherche d'ailleurs à trouver un meilleur équilibre. 

Il a d'ailleurs admis que son gouvernement cherchait à améliorer le sort des étudiants au cégep et à l'université qui depuis le début des classes n'ont pratiquement pas eu de cours en présentiel. 

Le gouvernement Legault veut aussi voir comment il pourra réduire les restrictions dans les restaurants et les gyms. 

Un message aux infirmières

François Legault a également indiqué avoir bien entendu le message lancé par les professionnelles de soin de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ) qui ont fait un coup d’éclat, lundi, sur certains ponts de la province. 

«On a un réseau de la santé à bout de souffle. Je comprends la fatigue et la frustration des infirmières. On avait promis en campagne électorale qu'il n'y aurait plus de temps supplémentaire obligatoire. Mais comme vous le savez, on est dans une situation spéciale. On a beau essayer d'afficher des postes d'infirmières, ils ne sont pas comblés. Ce n'est pas comme les préposés, on ne peut pas former en quelques mois des infirmières. Même avec toute la bonne volonté du monde, on ne peut pas régler le problème du manque d'infirmière» 

«Je suis prêt à faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail des infirmières. Mais on ne peut pas à la fois faire des efforts financiers pour réduire la surcharge de travail et augmenter le salaire des infirmières de plus que l’inflation. On se dirige vers un déficit de 15 milliards de dollars cette année et ça va nous prendre 5 ans avant de retrouver l'équilibre budgétaire. Il faut respecter la capacité de payer des Québécois. Évidemment, on ne veut pas augmenter les impôts et les taxes des Québécois»  

0:00
5:03
Le Québec maintenant
En direct de 15:00 à 18:30
0
75
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.