12x12 close outline12x12 edit12x12 headphones12x12 headphones outline12x12 pause outline12x12 pause12x12 play outline12x12 play12x12 stop12x12 stop outline12x12 envelope12x12 video outline12x12 download outline12x12 share outline12x12 share12x12 caret up outline12x12 caret right outline12x12 caret left outline12x12 caret down outline16x16 arrow right16x16 arrow left16x16 back to top16x16 caret up16x16 caret right16x16 caret left16x16 caret down16x16 check16x16 clock16x16 download16x16 envelope16x16 heart16x16 headphones16x16 info16x16 map pointer16x16 music16x16 pause16x16 phone16x16 photo16x16 play16x16 print16x16 search16x16 stop16x16 share16x16 warning16x16 talk16x16 user16x16 overflow horizontal16x16 overflow vertical16x16 microphone16x16 arrow left outline16x16 arrow right outline16x16 caret down outline16x16 caret top outline16x16 caret left outline16x16 caret right outline16x16 calendar outline16x16 headphones outline16x16 info outline16x16 pause outline16x16 play outline16x16 stop outline16x16 user outline16x16 warning outline16x16 apple16x16 facebook16x16 google16x16 instagram16x16 rss16x16 twitter16x16 youtube16x16 maboutiqueradio16x16 cart16x16 thumbs down16x16 thumbs up16x16 volume down16x16 mute16x16 volume up16x16 close
  • Accueil
  • La laïcité et SNC-Lavalin s'invitent au débat en anglais

La laïcité et SNC-Lavalin s'invitent au débat en anglais

La laïcité et SNC-Lavalin s'invitent au débat en anglaisPC/
Elisabeth May (PV), Justin Trudeau (PLC), Andrew Scheer (PC), Maxime Bernier (PPC), Yves-François Blanchet (BQ) et Jagmeet Singh (NPD)

GATINEAU, Québec — Les chefs fédéraux ont haussé le ton, lundi soir, lors des segments sur la loi québécoise sur la laïcité et le dossier de SNC-Lavalin lors du débat organisé par la Commission des débats des chefs.

Le chef libéral Justin Trudeau s'est dit « surpris » que son adversaire néo-démocrate, Jagmeet Singh, dise qu'il n'interviendrait pas dans le recours judiciaire contre la loi sur la laïcité.

Il a admis que sa position était « bizarre politiquement » parce que, comme le chef bloquiste Yves-François Blanchet l'a dit, la loi est populaire au Québec.

« Je suis le seul sur cette scène qui a dit que oui, un gouvernement fédéral pourrait devoir intervenir à ce sujet », a lancé M. Trudeau.

La réplique de M. Singh, qui porte le turban sikh, n'a pas tardé.

« Soyons honnêtes pour un instant: tous les jours de ma vie, je me bats contre une loi comme la loi 21. Tous les jours de ma vie, je défie les gens qui pensent que tu ne peux pas faire quelque chose en raison de la ressemblance physique ».

Le chef conservateur Andrew Scheer, qui disait avoir « hâte » d'en découdre avec M. Trudeau lundi soir, a par la suite eu la chance d'affronter le chef de son choix. Il s'est tout de suite tourné vers le chef libéral pour le confronter au sujet de l'affaire SNC-Lavalin.

« M. Trudeau, vous avez enfreint à deux reprises les lois sur l'éthique, vous êtes intervenu dans des procédures criminelles, vous avez stoppé des enquêtes parlementaires sur la corruption et vous avez congédié les deux seules personnes dans votre caucus qui dénonçaient haut et fort ce que vous tentiez de faire simplement parce qu'elles ont dit la vérité. Dites-moi, à quel moment avez-vous décidé que les règles ne s'appliquaient pas à vous? »

« M. Scheer, le rôle d'un premier ministre est de se tenir debout pour les emplois canadiens, et de se tenir debout pour l'intérêt public, et c'est ce que j'ai fait, et c'est ce que je continuerai de faire chaque jour », a répondu le chef libéral, déplorant du même souffle les intentions de M. Scheer de « réduire l'impôt des plus riches plutôt que d'aider les Canadiens qui en ont le plus besoin» .

« Nous ne connaissons pas vraiment votre plan, car vous n'avez pas dévoilé votre plateforme, et je crois qu'il s'agit d'un manque de respect pour les électeurs », a déclaré M. Trudeau à son rival conservateur.

Le pire dirigeant

Avec répartie, M. Singh est entré dans le jeu en déclarant que MM. Trudeau et Scheer arguaient « à savoir qui serait le pire (dirigeant) entre les deux pour le Canada ».

Le chef du Bloc québécois a pour sa part dit vouloir parler pour les « 3300 personnes innocentes qui n'ont rien fait de mal », en parlant des travailleurs de SNC-Lavalin.

« Quand M. Trudeau a essayé de trouver une solution, il l'a fait de la mauvaise manière, et l'a admis. Ce que vous faites, M. Scheer, est de jouer la vieille carte de laisser entendre que le Québec est corrompu »

« M. Blanchet, il n'y a jamais une excuse pour un premier ministre d'intervenir dans une cause au criminel, et d'abuser de son pouvoir pour récompenser des amis », a répliqué M. Scheer.

Les enjeux internationaux abordés

M. Trudeau avait forcé l'annulation d'un débat en anglais sur la politique étrangère du Canada, mais les chefs ont abordé le leadership au Canada et sur la scène internationale ainsi que de l'immigration.

Dès sa première réponse à une question sur les qualités d'un bon leader, le chef conservateur Andrew Scheer a soutenu que le chef libéral Justin Trudeau était surtout bon à porter des masques, comme celui de la « réconciliation » tout en écartant de son cabinet une femme comme Jody Wilson-Raybould. Il a aussi fait référence au « blackface ».

De vifs échanges ont eu lieu entre Maxime Bernier, le chef du Parti populaire, et les autres leaders. M. Bernier a déploré les politiques « socialistes », selon lui, de la chef du Parti vert, Elizabeth May, et du chef néo-démocrate, Jagmeet Singh, comparant même les idées du Parti vert au régime du Venezuela.

M. Bernier a dû répondre d'entrée de jeu à une question de la modératrice sur ses tweets sur les immigrants et sur la militante Greta Thunberg qui alimenteraient les divisions.

Les autres chefs n'ont pas non plus ménagé leurs attaques sur ce front, un premier segment comportant des débats entre chacun des chefs et M. Bernier.

M. Bernier a soutenu être le seul à vouloir discuter des niveaux d'immigration.

Concernant le leadership sur la scène mondiale, M. Blanchet a laissé entendre que M. Trudeau avait fait erreur dans le dossier de l'arrestation de la dirigeante de Huawei, qui a enclenché les relations particulièrement hostiles avec la Chine.

De façon générale, M. Trudeau a déclaré qu'il avait surtout voulu donner les outils du succès aux Canadiens et contribuer à l'économie de demain en protégeant l'environnement.

Les chefs se prononcent sur cinq sujets, soit la capacité financière et l'insécurité économique, les enjeux autochtones, l'environnement et l'énergie, le leadership au Canada et sur la scène internationale et, finalement, la polarisation politique, les droits de la personne et l'immigration.

Le débat en anglais était animé par cinq femmes: Rosemary Barton (CBC News), Susan Delacourt (Toronto Star), Dawna Friesen (Global News), Lisa LaFlamme (CTV News) et Althia Raj (HuffPost Canada). Chaque animatrice est responsable du bon déroulement d'un segment du débat. Il y a également des questions du public à chaque étape.

L'autre débat organisé par la Commission des débats des chefs — en français — aura lieu jeudi soir.

En direct de 18:30 à 22:00
1743
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.