• Accueil
  • Professeur belge en attente : «Il faut prouver au niveau du gouvernement fédéral qu’il y a une pénurie d’enseignants»

Professeur belge en attente : «Il faut prouver au niveau du gouvernement fédéral qu’il y a une pénurie d’enseignants»

Professeur belge en attente : «Il faut prouver au niveau du gouvernement fédéral qu’il y a une pénurie d’enseignants»Getty Images/E+/ skynesher
Pénurie d'enseignants au Québec: un professeur de la Belgique ne peut venir nous aider à cause de la lourdeur bureaucratique.

8:44

Embauché par la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys en juin pour la rentrée de septembre, l’enseignant belge Emmanuel Laforge attend toujours son permis de travail.

Pour combler la pénurie d’enseignants qui règne au sein de son organisation, la Commission scolaire Marguerite-Bourgeoys est allée à Paris en juin dernier et a notamment fait signer un contrat de travail à Emmanuel Laforge, un enseignant belge qui désire immigrer au Québec avec sa famille.

Mais alors que des classes montréalaises n’ont toujours pas de professeur attitré, Emmanuel Laforge n’a toujours pas obtenu son permis de travail à temps pour la rentrée. 

«La commission scolaire Marguerite-Bourgeoys était très motivée par le fait d’engager des enseignants et qu’on soit là pour la rentrée. La bureaucratie est plus complexe que je le pensais. Il faut prouver au niveau du gouvernement fédéral canadien qu’il y a une pénurie d’enseignants.»

«Les fonctionnaires fédéraux ne lisent pas les journaux? Ça fait des mois, voire des années qu’on parle de la pénurie d’enseignants!»

«Pour nous, c'est une sorte de rêve. On reste confiants. On espère que ça va débloquer. S'il faut attendre la rentrée de 2020, on attendra. On n'a pas beaucoup le choixé»

En direct de 12:00 à 15:00
0
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.