• Accueil
  • Pertes d’emploi chez Bombardier : «Est-ce qu’on parle de BS de luxe ?» - Dan Bigras

Pertes d’emploi chez Bombardier : «Est-ce qu’on parle de BS de luxe ?» - Dan Bigras

Pertes d’emploi chez Bombardier : «Est-ce qu’on parle de BS de luxe ?» - Dan BigrasPC

Alors que Bombardier a annoncé d’autres pertes d’emploi, l’animateur Dan Bigras s’est questionné quant à la pertinence de l’important investissement gouvernemental qu’a reçu l’entreprise québécoise en 2016.  

En 2016, le gouvernement du Québec a investi pas moins d’un milliard de dollars américains dans Bombardier pour la CSeries que la compagnie a depuis vendu pour un dollar à Aibus.

Au moment de l’investissement, le gouvernement québécois avait alors dit qu’il le faisait pour protéger des emplois québécois.

Avec les plus récentes pertes d’emploi annoncées par Bombardier, Dan Bigras s’est demandé pourquoi au juste les Québécois avaient investi dans cette entreprise ?    

«Est-ce qu’on subventionne juste pour rendre quelques privilégiés riches ou on exige quelque chose d’eux en échange? Il y a 87 autres emplois qui ont été supprimés à La Pocatière hier. Il y a eu 550 jobs perdues en Ontario aussi. En cinq ans, Bombardier a supprimé 23 200 emplois. Qui est gagnant là-dedans ? La société québécoise est-elle gagnante ou c’est seulement un don ? Est-ce qu’on parle de BS de luxe ?» 

«On pompe des milliards $ et on se demande combien d’emplois sont créés ! On traite ces compagnies de fleuron. Mais moi, un fleuron, c’est une compagnie qui est exemplaire, qui fait des bénéfices de façon propre. Mais si c’est une compagnie qui n’arrête pas de perdre de l’argent, qui ne fait pas de bénéfices et qui limite les dégâts en licenciant ses travailleurs, je suis un peu moins fier tout d’un coup»

En direct de 11:00 à 18:00
1314
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.