• Accueil
  • Remboursement des trop-perçus d'Hydro: «On risque de le payer autrement!» - Bernard Drainville

Remboursement des trop-perçus d'Hydro: «On risque de le payer autrement!» - Bernard Drainville

Remboursement des trop-perçus d'Hydro: «On risque de le payer autrement!» - Bernard Drainville

Alors que certains se réjouissent que le gouvernement Legault force Hydro-Québec à rembourser les trop-perçus à ses clients québécois, d’autres intervenants craignent que cela génère des conséquences négatives pour l'ensemble des Québécois.

Mercredi, le gouvernement Legault a déposé le projet de loi 34 visant à simplifier le processus d'établissement des tarifs de distribution d'électricité et permettant au gouvernement de rembourser aux Québécois les trop-perçus évalués à 1,5 milliard $ d'Hydro-Québec.

Depuis que cette nouvelle est dans l’air, plusieurs intervenants du 98,5 FM ont commenté cette décision du gouvernement Legault.

Mardi, Pierre-Yves McSween a affirmé que cela allait «Déshabiller Pierre pour habiller Paul».

Puis, mercredi, Patrick Lagacé a dit que c’était «de la mauvaise politique», alors que Pierre Curzi y voit une ingérence politique «grave».
 
Au micro de Bernard Drainville, Serge Abergel, directeur des communications chez Hydro-Québec, a admis du bout des lèvres qu’il pourrait y avoir des conséquences moins heureuses pour les Québécois. 

«M. Abergel, parlons-nous franchement. Les probabilités que le gel, plus inflation, diminue d’une façon sensible les dividendes que vous allez verser au gouvernement sont importantes. Soyons honnêtes! Il y a de bonnes chances que ça arrive»

«Les risques sont là. C’est une entreprise commerciale. C’est une probabilité. En ce moment, on a différentes initiatives pour contrer ces probabilités : développement des affaires aux États-Unis, développement des marchés au Québec. Mais oui, il y a un défi de gestion»

«Donc, le gel plus inflation que le gouvernement nous donne, on risque de le payer autrement! Vous allez livrer moins d’argent pour la santé et l’éducation, il va donc y avoir de la pression ailleurs»

«Je veux éviter de spéculer ce qu’il pourrait advenir ou ne pas advenir. Si on regarde sur les 50 dernières années, l’électricité au Québec, par rapport à l’indice des prix à la consommation, donc par rapport à l’inflation, essentiellement, ce sont deux lignes qui se suivent. On est dans une suite logique de ce qui s’est déjà fait»  

En direct de 12:00 à 15:00
1962
100
Votre version d'internet explorer est trop basse. Utilisez au moins la version 11 ou un navigateur récent comme Google Chrome.